Imbroglio pour un couple de riverains

Gaétan Breton et Pierrette Lessard demandent à la... (La Tribune, Christine Bureau)

Agrandir

Gaétan Breton et Pierrette Lessard demandent à la Ville de Dudswell de pouvoir laisser leur roulotte sur leur terrain de Bishopton après avoir reçu une interdiction de reconstruire leur maison inondée. Ils en avaient pourtant le droit, selon un nouvel arpentage réalisé en octobre dernier.

La Tribune, Christine Bureau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Christine Bureau</p>

(Dudswell) Pierrette Lessard et Gaétan Breton ont tout perdu l'an dernier. Leur maison du secteur Bishopton a dû être détruite après avoir été inondée lors des crues printanières. Impossible pour eux de reconstruire puisque leur terrain se situe en zone inondable, leur dit alors la Ville. Or, ils ont appris après s'être acheté une nouvelle maison que ce n'était pas le cas.

Tout ce que le couple veut maintenant, c'est de laisser sa roulotte stationnée là où se trouvait leur maison, sur le chemin Duplin. Mais impossible pour eux de le faire, car ils se situent en zone de villégiature 2 et n'ont aucun droit acquis, leur a répondu la Ville.

Le couple a donc reçu un avis d'infraction : leur roulotte doit être partie d'ici le 15 juin, sinon c'est une amende de 300 $ par jour qui l'attend. «C'est du harcèlement et de l'entêtement. Je ne sais pas si quelqu'un peut nous aider. Je fais plein de téléphones. Je considère qu'on l'a, ce droit acquis. Ils nous on dit qu'on ne pouvait pas se reconstruire, c'était un non catégorique à l'époque», déplore Mme Lessard.

Dans un permis signé le 22 mai 2014 par l'inspectrice en bâtiment de Dudswell, il est en effet inscrit que la maison se trouve en zone 0-20 de grand courant, ce qui interdit la reconstruction d'une nouvelle maison.

En octobre 2014, le couple a toutefois refait arpenter le terrain après qu'un résidant leur eut conseillé de le faire. Le nouvel arpentage situe alors leur terrain dans une zone 20-100 ans, ce qui leur donne le droit de se reconstruire. Sauf qu'à ce moment, le couple a déjà acheté une nouvelle maison à Weedon. Il a passé l'été à repeindre, démolir les murs et changer les planchers en même temps qu'il supervisait la démolition de leur ancienne maison. «On se serait fait reconstruire l'été passé s'ils nous avaient donné le OK. Il est trop tard. Ça ne fait même pas un an qu'on est dans notre nouvelle maison», clame Mme Lessard.

Comme le couple considère que la Ville a fait erreur dans ce dossier, elle lui demande maintenant une dérogation au règlement. «Ce que nous voulons? Passer nos étés sur notre terrain avec notre roulotte et qu'il passe outre, un peu pour nous, leur loi.»

De son côté, le maire de Dudswell, Jean-Pierre Briand, dit attendre un avis légal avant de commenter l'affaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer