Patrimoine archéologique: un potentiel touristique à développer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(LAC-MÉGANTIC) L'année 2015 s'annonce déterminante pour la Corporation du patrimoine archéologique du Méganticois, qui a été désignée gestionnaire des terrains constituant le site Cliche-Rancourt, par la Ville de Lac-Mégantic.

Rappelons que c'est sur ce site de la route 161 entre Lac-Mégantic et Saint-Augstin-de-Woburn qu'a été confirmée une présence humaine à la période paléoindienne ancienne, il y a plus de 12 000 ans. Il s'agit donc du plus vieux site archéologique découvert en Amérique du Nord, si rien n'a changé depuis les fouilles archéologiques effectuées entre 2003 et 2006 par l'École de fouilles de l'Université de Montréal.

La Corporation veut dorénavant amorcer l'écriture du plus vieux chapitre de l'histoire de l'aventure humaine sur le territoire québécois. Le tout de concert avec la Ville de Lac-Mégantic, qui souhaite exploiter ce potentiel archéologique, qualifié d'atout majeur pour le développement touristique.

Des infrastructures d'accueil et de mise en valeur sont pressenties afin de favoriser la poursuite des recherches scientifiques, de même que l'initiation à l'archéologie et à la préhistoire régionale pour le grand public.

Une étude de faisabilité et de développement du potentiel du site Cliche-Rancourt doit être livrée au début de l'été 2015.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer