Deux des «pires rues du Québec» dans la région

S'étendant sur une centaine de mètres seulement, la rue du Panache à Orford... (La Tribune, Jean-François Gagnon)

Agrandir

La Tribune, Jean-François Gagnon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(MAGOG) S'étendant sur une centaine de mètres seulement, la rue du Panache à Orford figure malgré tout au palmarès des «pires routes» du Québec, récemment dévoilé par CAA-Québec. D'autant plus surprenant que son entretien ne laisserait pas à désirer. Comment expliquer la situation alors?

La Tribune s'est rendue sur la rue du Panache. À première vue, elle paraît être bien entretenue. Elle présente cinq ou six nids de poule, mais cela est relativement normal puisqu'il s'agit d'un chemin non asphalté.

Habitant en bordure de cette rue, Mario Evangelista confirme que l'entretien ne fait pas défaut. «La municipalité remet souvent de la roche sur le chemin et passe régulièrement la niveleuse. C'est assez cocasse et même ridicule que ce petit bout de chemin soit dans ce palmarès de mauvaises routes», soutient-il.

M. Evangelista souligne cependant que plusieurs sorties de route sont survenues dans une courbe en saison hivernale. Il affirme que la vitesse des véhicules en serait la cause principale.

Pour mieux comprendre, il faut savoir qu'on retrouve une courbe à 90 degrés à chacune des deux extrémités de la petite rue. Celle qui cause le plus de problème est située à l'angle des rues de la Grande-Coulée et du Panache.

Maire d'Orford, Jean-Pierre Adam concède que la rue du Panache «n'est pas facile. Je sais que des gens ont eu de la difficulté à négocier le virage problématique.»

À court terme, le Canton d'Orford devrait adopter un plan de réfection des routes étalé sur quelques années. Il n'est pas exclu que ce plan prévoie un investissement pour atténuer la problématique identifiée.

À Thetford Mines aussi

La présence du chemin du lac Bécancour au troisième rang des pires routes du Québec n'a pas surpris outre mesure le maire de la Ville de Thetford Mines, Marc-Alexandre Brousseau. La situation était connue et un plan d'investissements étalés sur plusieurs années est prévu.

«Des investissements sont prévus, y compris cette année. Des travaux seront effectués sur le chemin du lac Bécancour sur plusieurs années selon les ressources budgétaires disponibles», d'assurer le maire Brousseau.

Effectivement, une somme de 90 000 $ figurait à ce chapitre dans le cadre du dernier budget de la Ville de Thetford Mines, de quoi réparer un peu moins d'un kilomètre de cette route où bosses, crevasses, nids-de-poule et courbes accentuées deviennent le lot quotidien des usagers.

Notons que CAA-Québec n'avait jamais dévoilé de palmarès des pires routes du Québec avant cette année. Le dévoilement de ce classement, inspiré d'un projet similaire en Ontario, a été précédé par un sondage «non scientifique» réalisé par l'organisme.

«On est très satisfait d'avoir atteint les 5000 votes, note Anne-Sophie Hamel, porte-parole de CAA-Québec. On a déjà commencé à faire des suivis avec les municipalités où les routes problématiques sont situées. On essaie d'obtenir des améliorations. On espère refaire ce palmarès dans le futur.»

- Avec Nelson Fecteau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer