Monseigneur-Vel : un quartier intéressant pour les familles?

Même si l'école Saint-Pie-X connaît des problèmes en... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Même si l'école Saint-Pie-X connaît des problèmes en raison du nombre de plus en plus élevé d'élèves qui la fréquentent, la Ville estime qu'elle a fait un bon choix en permettant au projet immobilier Boisé de la rivière d'aller de l'avant.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) En permettant la concrétisation d'un projet immobilier majeur dans le secteur Monseigneur-Vel, la Ville de Magog a-t-elle fait le bon choix? La municipalité souhaite favoriser l'implantation de jeunes familles à Magog, mais l'école du quartier est à saturation.

Représentant le district Monseigneur-Vel à Magog, la conseillère municipale Nathalie Bélanger est consciente du problème vécu à l'école Saint-Pie-X. Elle estime cependant que la Ville de Magog n'a pas fait d'erreur en autorisant la concrétisation du projet baptisé Boisé de la rivière, lequel est piloté par le promoteur Louis Bertrand.

Si tout fonctionne comme prévu, des centaines de nouvelles habitations seront construites dans le Boisé de la rivière au cours des dix prochaines années. Des condominiums, des maisons jumelées et en rangée ainsi que des résidences unifamiliales seront normalement bâtis à cet endroit.

«Le secteur Monseigneur-Vel reste intéressant quand on parle de développement pour les jeunes familles, souligne Nathalie Bélanger. On retrouve un aréna, une garderie et de très beaux parcs dans ce coin-là. D'autres projets immobiliers vont sûrement se faire dans cette partie de la ville prochainement.»

Mme Bélanger fait aussi valoir que la Ville de Magog n'a pas fondé son plan d'aménagement sur le déploiement des services éducatifs publics. «On regarde surtout ce qu'il y a comme infrastructures municipales à proximité lorsqu'on nous présente une demande pour un projet immobilier. En fait, on veut savoir à quel point ce sera facile de construire à l'endroit ciblé», explique-t-elle.

Solution acceptable

Selon la conseillère municipale, la Commission scolaire des sommets (CSS) devrait prendre acte de la situation, dans le quartier Est de Magog, et trouver une solution acceptable pour les familles concernées.

«La vérité, c'est que la situation actuelle s'est déjà produite dans le passé à Saint-Pie-X. J'habitais un peu trop loin de cette école, à une époque, et mon fils avait dû aller à Ste-Marguerite pendant deux années après sa maternelle. Ce que je retiens de cette expérience, c'est que les enfants vivent parfois très difficilement le fait d'être déplacé d'un établissement vers un autre.»

Actuellement, la CSS envisage la possibilité de réduire la taille de la zone desservie par l'école Saint-Pie-X. Cette solution ne plaît toutefois pas à la conseillère du district Monseigneur-Vel, compte tenu de ce qu'elle a vécu avec un de ses enfants dans le passé.

«Changer des enfants de place, c'est du court terme à mon avis, affirme Nathalie Bélanger. Ce que ça prendrait à Saint-Pie-X, ce serait un agrandissement. Peut-être qu'il faudra que les parents se mobilisent pour ça.»

La porte est ouverte

Lors d'une entrevue accordée à La Tribune mercredi, le directeur général de la CSS, Christian Provencher, a confié qu'un agrandissement de l'école Saint-Pie-X serait potentiellement une solution intéressante. «Peut-être que ce serait la meilleure chose à faire», a-t-il admis.

Par contre, en raison des règles fixées par le gouvernement du Québec, la CSS est tenue de combler toutes les places disponibles dans les écoles situées à moins de 20 kilomètres avant de penser à agrandir un établissement.

M. Provencher a également fait remarquer que le terrain de Saint-Pie-X n'est pas très grand. «Le terrain permettrait-il un agrandissement. Ça resterait à voir», a-t-il dit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer