Hydro-Québec relance son projet de ligne reliant le Québec et le New Hampshire

La future ligne de transport à courant continu à 320kV... (Photo fournie)

Agrandir

La future ligne de transport à courant continu à 320kV visant à relier le poste Des Cantons au Québec à l'État du New Hampshire se juxtaposera à l'emprise de la ligne existante de 450kV avant s'en détacher au sud pour traverser le mont Hereford et joindre le New Hampshire.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SAINT-HERMÉNÉGILDE) Hydro-Québec reprend là où elle avait laissé en 2011. La société d'État remet à l'avant-plan son projet visant l'implantation d'une nouvelle ligne de transport à courant continu reliant le Québec à l'État du New Hampshire sur une longueur approximative de 75 kilomètres.

Cette nouvelle ligne vise à accroître la capacité d'échange entre les deux partenaires, à savoir Hydro-Québec TransÉnergie et Northern Pass Transmission (NPT).

Le projet, qui avait suscité un tollé de protestations de part et d'autre de la frontière, rencontre encore aujourd'hui de vives oppositions, plus particulièrement en sol américain. «Qui dit travailler avec un partenaire, dit aussi s'ajuster à ce qui se passe de l'autre côté, explique Gary Sutherland, attaché de presse Affaires publiques et médias à Hydro-Québec. Il nous a donc fallu prendre une pause, car nous devons nous assurer d'arriver au même point qu'eux au même moment.» Il semble donc que l'avancement des démarches du côté de NPT, soit depuis le dépôt d'un nouveau tracé en juin 2013, ait encouragé Hydro-Québec à reprendre ses activités d'avant-projet.

De fait, les résidents des municipalités de la MRC de Coaticook concernées par la nouvelle ligne ont été invités mercredi soir à une rencontre d'information afin d'échanger avec les représentants d'Hydro-Québec sur les tracés de ligne proposés, les études réalisées à ce jour et les étapes à venir. Selon Ginette Cantin, conseillère - Relations avec le milieu à Hydro-Québec, près d'une quarantaine de propriétaires, dont de nombreux producteurs agricoles, se sont prévalus d'une rencontre en privé en amont de la rencontre publique. «C'est rassurant pour les propriétaires d'avoir un premier contact avec la personne qui s'occupera de leur dossier et de prendre immédiatement en considération leurs préoccupations de manière à pouvoir s'entendre», partage Mme Cantin.

«Notre priorité ce sont les humains, ainsi que les exigences réglementaires de l'ensemble des autorisations que nous devons obtenir, explique Ginette Cantin. C'est un univers de compromis. Nous avons travaillé avec beaucoup de monde et les tracés semblent à la satisfaction de presque tous les partis. Ce qui nous manquait, c'est la raison pour laquelle nous tenons la porte ouverte aujourd'hui, le point de vue des propriétaires et des citoyens. Il faut profiter de l'expérience des gens, ce sont eux qui vont vivre avec la nouvelle ligne pendant 40 ans.»

La prochaine étape devrait prendre place vers le début du mois de septembre avec la présentation du tracé retenu. Entre temps, les gens qui ne seront plus concernés par la variante qui ne sera pas retenue en seront informés par la poste, histoire d'apaiser les inquiétudes le plus rapidement possible. Le début des travaux de la nouvelle ligne de 320 kV est prévu pour 2017 avec une mise en service en 2019.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer