Trois réserves naturelles créées dans la région de Magog

Trois nouvelles aires de conservation sont créées dans la région de Magog par... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Trois nouvelles aires de conservation sont créées dans la région de Magog par le gouvernement du Québec. Elles permettront la protection de plus de 177 hectares de terres.

La réserve naturelle Madeleine-Gingras-Potvin est la plus grande des trois nouvelles aires de conservation. Située aux abords du parc national du Mont-Orford, elle s'étend sur une superficie de près de 115 hectares.

«Cette réserve protège des forêts de feuillus à différents stades de maturité, des marais et des étangs. Sa mosaïque d'habitats abritent une multitude d'espèces fauniques et floristiques», indique un communiqué émis hier par le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec.

S'étendant sur plus de 50 hectares, la réserve naturelle du Ruisseau-Tompkin se trouve quant à elle dans le secteur d'Ogden, une municipalité riveraine du lac Memphrémagog.

«Elle assurera la protection d'une forêt mature traversée par le ruisseau Tompkin, qui comporte d'importants marais. Le noyer cendré, l'adiante du Canada, le dryoptère de Clinton et la salamandre sombre du Nord, des espèces susceptibles d'être désignées vulnérables ou menacées au Québec, sont présentes à l'intérieur de cet espace», explique le Ministère.

Enfin, la réserve Tyre-Macfarlane possède une superficie de 12 hectares. La tortue des bois a notamment été observée dans cette réserve, où poussent par ailleurs trois plantes «désignées vulnérables à la récolte».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer