Des heures d'angoisse dans les vignobles

L'avis de gel en vigueur en Estrie la nuit dernière a fait vivre des heures... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

(SHERBROOKE) L'avis de gel en vigueur en Estrie pour la nuit de vendredi à samedi a fait vivre des heures d'angoisse aux propriétaires de vignobles et de vergers. Dans la région voisine de la Montérégie, une douzaine d'hélicoptères auraient même été affectés dans des vignobles pour protéger les plantes.

Au Domaine Bergeville, à Hatley, on a envisagé cette option pour conclure que les hélicoptères n'étaient pas le bon rempart contre le type de gel annoncé. À cause du couvert nuageux et des vents soutenus, la nature devait suffire à brasser l'air chaud et à la maintenir près des vignes, comme le ferait un hélicoptère.

«Cette nuit (vendredi), explique la copropriétaire du domaine, Ève Rainville, c'est un gel problématique parce qu'il y a peu de mesures à prendre. Le meilleur système serait sans doute d'asperger les vignes toute la nuit, mais ça nécessite des installations coûteuses que peu de vignobles peuvent s'offrir», analyse-t-elle.

Au Domaine Bergeville, on a plutôt tondu partout dans les allées «pour maximiser les mouvements d'air et éviter que le froid reste emprisonné près des vignes», et on surveillera la station météo toute la nuit. Au besoin, des amis viendront allumer des feux au petit matin, continue Mme Rainville, qui avoue toutefois qu'elle croit peu à l'efficacité de la méthode en regard des conditions météo annoncées.

«Ce n'est pas une situation où je peux faire grand-chose, ajoute-t-elle. À ce stade-ci, tout ce que j'espère c'est que la couverture nuageuse reste toute la nuit et que les vents se maintiennent.»

Au Cep d'Argent et au Vignoble du Chemin de la Rivière, le vigneron Philippe Aubert en est venu à des conclusions semblables. Dans ces vignobles de Magog, on a aspergé une concentration à base d'urée pour protéger les vignes et on les a en partie couvertes de toiles.

«L'urée n'est pas un procédé scientifique, certains y croient d'autres non, mais tant qu'à ne rien faire... dit-il. Certains croient que ça donne un regain d'énergie à la plante et que ça lui permet de mieux résister au froid. Sinon il faudrait apporter de la chaleur aux vignes mais avec l'étendue de nos plantations, ce n'est pas réaliste d'allumer des feux.»

Au Vignoble Sugar Hill à Knowlton, David Cottineau révèle qu'un hélicoptère allait être stationné dans les champs la nuit dernière pour être prêt à décoller au besoin, au plus froid de la nuit (au lever du jour), et repousser l'air chaud sur les vignes. Il doutait toutefois, en fin d'après-midi vendredi, que l'engin ait à décoller réellement.

Quant aux vignobles de la région de Compton, on y partageait l'angoisse des vignerons vendredi.

Dans les champs du Gros Pierre, Gaétan Gilbert suivait d'heure en heure les prévisions météo de la nuit à venir. En attendant de savoir si elle devrait allumer des feux dans les champs pour repousser le gel, son équipe avait pulvérisé de l'urée sur les arbres.

M. Gilbert était tout de même confiant d'éviter le pire puisque malgré l'avis de gel en vigueur, le mercure s'annonçait à zéro pour une très courte période de temps.

«S'il fait moins un degré pendant cinq heures, c'est inquiétant, explique-t-il, sinon ça va aller. D'autant que c'est seulement pour une soirée. Demain (samedi) soir, c'est terminé.»

À La Pommalbonne, Germain Lafond se croisait les doigts. «C'est toujours très inquiétant, le gel, au stade où on en est présentement, en pleine floraison. On peut endurer du moins un ou moins deux degrés mais si ça perdure pendant quatre ou cinq heures, ça peut affecter nos récoltes. On se croise les doigts, mais on a déjà vu pire.»

Rappelons qu'Environnement Canada a émis une alerte de gel pour la nuit de vendredi à samedi en Estrie. Du zéro degré était annoncé ainsi que de la neige fondante. On a même pu voir défiler sur les réseaux sociaux, vendredi matin, des photos de neige tombée dans le secteur de Charlevoix et de Saguenay.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer