«La SQ ne répond pas à ses engagements», dit Pierre Reid

Pierre Reid... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Pierre Reid

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Sans leur donner son appui inconditionnel, le député d'Orford, Pierre Reid, affirme comprendre les municipalités de la MRC de Memphrémagog qui ont l'intention d'arrêter de payer pour les services de la Sûreté du Québec.

«Je commence à m'impatienter et j'en ai un peu ras-le-bol de l'attente dans ce dossier, lance M. Reid. Je ne peux pas dire que je les encourage, mais je comprends ces municipalités. On s'attendait à des réponses et des développements plus rapidement. On a travaillé pour obtenir de l'information et on a eu zéro nouvelle ou presque.»

Les 13 municipalités de la MRC de Memphrémagog desservies par la SQ ont signé une entente de 10 ans avec le corps policier provincial en 2007. Ce contrat prévoit notamment la construction d'un nouveau poste de police dans la MRC, mais on ignore encore quand ce bâtiment sera construit.

Pierre Reid reconnaît que le dossier se serait sans doute réglé plus vite si le nouveau poste avait pu être érigé à la sortie 115 de l'autoroute 10 comme prévu. Des difficultés techniques à cet endroit ont toutefois forcé Québec à rechercher un nouveau terrain.

«On ne peut plus dire qu'il existe un problème de terrain. Cette histoire est derrière nous. Actuellement, la SQ ne répond pas à ses engagements et c'est tout à fait clair!» soutient M. Reid.

Aux yeux du député d'Orford, les municipalités concernées se sont montrées très compréhensives jusqu'à maintenant. «C'est normal qu'elles soient frustrées compte tenu du temps qui s'est écoulé depuis la signature de l'entente en 2007. Ça dépasse les limites», affirme-t-il.

Des rencontres

Attaché de presse de la ministre de la Sécurité publique du Québec, Jean-Philippe Guay révèle que la Sûreté du Québec a récemment discuté du dossier du futur poste dans la MRC de Memphrémagog avec la Société québécoise des infrastructures. Les deux organisations poursuivraient leurs discussions.

«Tant qu'il y a des discussions, l'espoir est là, affirme M. Guay. On ne veut pas sauter trop vite aux conclusions. D'ailleurs, il semble que les discussions vont bien. On veut laisser les gens se parler.»

Jean-Philippe Guay sait qu'une menace d'arrêt de paiement a été formulée par la MRC de Memphrémagog. Il espère que ce scénario, vraisemblablement fort peu fréquent, ne se concrétisera pas.

Par ailleurs, la mairesse de Magog, Vicki May Hamm, révèle que la Régie de police Memphrémagog est «ouverte» à l'idée d'accueillir les municipalités mécontentes.

«On n'a pas fait d'analyse approfondie des coûts et des impacts, mais des municipalités ont démontré de l'intérêt envers la Régie récemment. Nous leur avons dit qu'on était ouvert», explique Mme Hamm, qui agit à titre de vice-présidente du corps policier municipal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer