Exclusif

Ils aident une femme à donner naissance à un enfant prématuré

L'intervention des ambulanciers Alain Lavallée et Dominique Vanesse... (Photo collaboration spéciale Éric Beaupré)

Agrandir

L'intervention des ambulanciers Alain Lavallée et Dominique Vanesse a permis de sauver un foetus de 25 semaines.

Photo collaboration spéciale Éric Beaupré

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Les ambulanciers Dominique Vanesse et Alain Lavallée ont aidé une femme enceinte de 25 semaines à donner naissance à un enfant prématuré, le week-end dernier à Drummondville.

Appelés auprès d'une femme qui avait crevé ses eaux, les deux professionnels, cumulant plus de 65 années d'expérience combinées, étaient bien loin de se douter qu'ils aideraient à donner naissance à un bébé conçu il y a à peine six mois.

«C'est la première fois que nous étions confrontés à pareille situation, note M. Lavallée. Nous sommes formés pour assister les femmes en cas d'accouchement et notre intervention s'est faite exactement comme pour tout accouchement. Il était effectivement impressionnant de voir arriver ce petit être. Son corps était tellement petit, il tenait dans le creux d'une main et ses jambes à peine plus grosses qu'un stylo. Ça a rendu la situation particulière.»

«C'était un bébé avec un instinct de survie déjà très fort, ce n'est pas banal. Il voulait vivre», renchérit M. Vanesse.

«Nous avons dû intervenir promptement, mais délicatement.»


L'intervention a nécessité non seulement d'assister la femme pendant l'accouchement, mais de garder en vie le bébé lors du transport vers le centre hospitalier Sainte-Croix de Drummondville.

Les ambulanciers estiment que l'accouchement s'est fait très rapidement et sans heurt, tant pour la mère que pour l'enfant, mais l'état du bébé a rendu le déplacement plus difficile.

«Nous avons dû intervenir promptement, mais délicatement. Notre formation nous prépare à ce type d'intervention, mais jamais nous n'avions pensé un jour devoir intervenir auprès d'un si petit bébé», précisent les deux intervenants.

Près d'une semaine après l'accouchement, les deux ambulanciers ont été informés que les chances de survie de l'enfant étaient très bonnes et que la mère se portait bien. Après avoir été évalué à Drummondville, le poupon a été transféré au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS), où il est sous la responsabilité de spécialistes. S'ils sont heureux du dénouement, MM. Vanesse et Lavallée demeurent modestes en ce qui a trait à leur participation dans cette histoire.

La naissance d'un enfant à ce stade de son développement constitue un phénomène rare. Les ambulanciers n'avaient pas droit à l'erreur. À titre indicatif, les médecins parlent généralement d'accouchement prématuré lorsqu'une naissance survient avant la 36e semaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer