La SQ dans Memphrémagog: les municipalités cesseront de payer

Déplorant le non-respect d'un contrat de desserte signé en 2007, 13... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Déplorant le non-respect d'un contrat de desserte signé en 2007, 13 municipalités de la MRC de Memphrémagog ont l'intention de cesser de payer pour les services de la Sûreté du Québec.

À court terme, les 13 municipalités de la MRC de Memphrémagog desservies par le corps policier provincial adopteront chacune une résolution pour annoncer qu'elles «surseoiront au paiement des factures pour la SQ, et ce, jusqu'à ce que le gouvernement respecte la clause relative à la construction d'un poste de police sur le territoire de la MRC».

Encore récemment, en dépit des pressions exercées par des intervenants locaux, la SQ ignorait quand serait construit son futur poste dans la MRC. Le dossier devait toutefois être traité lors d'une prochaine rencontre entre des représentants du corps policier et de la Société québécoise des infrastructures.

Quatre municipalités de la MRC de Memphrémagog, dont Magog et Orford, sont desservies par la Régie de police Memphrémagog. Les 13 autres ont recours aux services de la SQ. Ces dernières versent plus de 2,5 millions $ par an afin d'avoir droit aux services du corps policier provincial.

Mairesse de la municipalité de Bolton-Est, Joan Westland-Eby indique que les maires sont carrément «découragés» par la situation. La frustration serait même grande chez certains d'entre eux.

«Tout le monde trouve qu'on paie cher pour la SQ compte tenu des services qu'on a. Il faut dire qu'il y a le lac Memphrémagog, au centre de notre territoire, et ça ralentit les policiers. Mais l'autre problème important, c'est que les policiers qui patrouillent la MRC sont basés à Sherbrooke. Ça a un impact», fait valoir Mme Westland-Eby.

La mairesse de Bolton-Est s'attend à ce que la décision des maires provoque une réaction à Québec.

Dans la foulée, Joan Westland-Eby prévient que, en cas de réponse négative de la part du gouvernement du Québec, la MRC exigera que l'entente en vigueur soit renégociée. Le contrat actuel est d'une durée de 10 ans.

Normalement, les 13 municipalités impliquées devaient verser un montant en lien avec le travail de la SQ sur leur territoire en juin prochain. Elles retiendront plutôt les sommes dues.

Notons que Québec a sérieusement envisagé la possibilité d'implanter le poste attendu à la sortie 115 de l'autoroute 10, mais ce projet a finalement avorté. Au cours des derniers mois, un nouveau terrain pour la construction du futur bâtiment a été déniché à la sortie 123.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer