Un avantage compétitif pour Domtar

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Christine Bureau</p>

(WINDSOR) Domtar fait désormais partie du Programme d'autocotisation des douanes de l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), un privilège qui simplifiera l'importation de fibres de bois en provenance des États-Unis. L'usine de Windsor devient ainsi la première installation de l'industrie forestière canadienne à obtenir cette accréditation. La direction y voit déjà un nouvel avantage compétitif.

«C'est une accréditation qui va faciliter le passage aux douanes. Notre compétitivité passe en partie par un accès à un bassin de fibre de bois, qui se serait retrouvé non pas impossible à avoir, mais qui se serait complexifié», explique le directeur de l'approvisionnement en fibre, André Gravel. Car si l'entreprise n'avait pu faire partie de ce Programme, elle aurait dû se tourner vers un autre, plus compliqué. Certains fournisseurs auraient alors pu refuser de continuer d'exporter vers le Canada.

25 % de fibres américaines

Chez Domtar, le quart des fibres de bois utilisées proviennent des États-Unis, une tradition historique qui s'explique par le nombre élevé de feuillus dans les forêts américaines et leur proximité avec Windsor.

Les événements du 11 septembre 2001 avaient toutefois complexifié les passages aux douanes. Comme l'inspection et le contrôle du produit se feront dorénavant à l'usine, Domtar espère sauver du temps. «Le Programme d'autocotisation des douanes est un système où, pour être autorisé, il faut avoir l'aval de l'ASFC, qui garantit la sécurité de ce qu'on importe, mais aussi l'aval de l'Agence canadienne de l'inspection des aliments, qui garantit qu'on prend les mesures nécessaires contre les ravageurs forestiers», précise M. Gravel.

Il a fallu quatre ans de travail à Domtar avant d'obtenir cette accréditation. «C'est un travail de longue haleine, une procédure très rigoureuse», poursuit-il. Il a par exemple fallu prouver que les pratiques de Domtar étaient sans risque quant à l'importation de l'agrile du frêne, un insecte ravageur.

Trente-cinq importateurs canadiens font partie du Programme d'autocotisation aux douanes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer