Les enseignants intensifieront leurs moyens de pression

Entouré de la secrétaire Line Parenteau et du... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Entouré de la secrétaire Line Parenteau et du conseiller en relations de travail Hugues Beaudoin, le président du Syndicat de l'enseignement de l'Estrie, Benoit Houle, a dirigé mercredi soir une assemblée au cours de laquelle les enseignants des trois commissions scolaires francophones de la région se sont prononcés en faveur d'une escalade de moyens de pression.

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Chloé Cotnoir</p>
Chloé Cotnoir
La Tribune

(SHERBROOKE) Les enseignants de l'Estrie intensifieront leurs moyens de pression dans les prochaines semaines.

Les membres du Syndicat de l'enseignement de l'Estrie (SEE), qui regroupe des enseignants des trois commissions scolaires francophones de la région, se sont prononcés en faveur d'une escalade de moyens de pression mercredi soir.

«Nos membres ont voulu aller encore plus loin que ce que la Fédération propose afin de signaler au gouvernement notre désaccord», explique Benoit Houle, président du SEE, joint après l'assemblée.

Le plan de la Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE-CSQ), appelé «la Grande tourmente 2015», prévoit de nouvelles actions qui seront déployées cet automne.

Parmi elles, les enseignants sont invités à s'en tenir au respect de la semaine régulière de la semaine de travail. En s'en tenant aux heures prévues à la convention collective, les enseignants veulent du même coup faire prendre conscience du travail accompli par le personnel enseignant et arrêter de «faire du bénévolat», note M. Houle.

«Nous allons appliquer ces moyens de pression plus tôt. Nous n'attendrons pas la rentrée, ils seront mis en vigueur prochainement», indique le président du syndicat.

Environ 425 personnes ont pris part à l'assemblée générale, mercredi soir.

Les membres du SEE avaient adopté un plan d'action, en décembre dernier. Certaines mesures contenues dans ce plan, seront maintenues, comme le prolongement des récréations.

Le SEE représente environ 3500 enseignants des commissions scolaires des Hauts-Cantons (CSHC), des Sommets (CSS) et de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) du primaire jusqu'à la formation professionnelle et la formation générale des adultes.

Mardi soir, les membres du SEE ont perturbé la séance du conseil des commissaires de la CSS, après que les commissaires eurent refusé de prendre position dans le dossier du renouvellement de la convention collective.

Les enseignants s'indignent notamment du fait que le gouvernement veut augmenter le nombre d'élèves par classe, de même que leurs tâches de travail sans augmenter la rémunération.

La FSE et le gouvernement négocient présentement pour le renouvellement de la convention collective nationale des enseignants, qui a pris fin le 31 mars dernier.

- Avec Isabelle Pion

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer