Route verte : un autre tracé sera proposé à Magog

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(MAGOG) La Ville de Magog ne veut pas laisser traîner le dossier de la Route verte, actuellement bloquée dans le secteur de la rue Belvédère. Un tracé de remplacement sera proposé aux cyclistes, à brève échéance, et des panneaux de signalisation seront installés pour le faire connaître.

Directeur du développement de la Route verte chez Vélo Québec, Louis Carpentier indique qu'il s'attend à ce que la Ville de Magog dévoile le nouveau tracé au plus tard le 15 mai. « Un tracé alternatif a déjà été élaboré », affirme-t-il, ajoutant être en contact étroit avec la municipalité.

M. Carpentier l'admet sans difficulté, la situation vécue à Magog est décevante. « On est désolé, confie-t-il. C'est une très belle partie de la Route verte qui est touchée. Espérons que la situation est temporaire et que la solution sera durable. »

À cause d'un litige qui l'oppose à la Ville, l'agriculteur Jacques Lamontagne a décidé de bloquer l'accès à une partie de la Route verte, une longue piste cyclable qui s'étend sur 5300 kilomètres à travers le Québec. La servitude dont jouissait la municipalité sur les terrains de l'agriculteur n'a pas été renouvelée.

D'après Louis Carpentier, ce type de situation est plutôt rare à l'échelle de la province. Il faut savoir à ce sujet que seulement deux pour cent de la Route verte sillonnent des terres privées.

« Plus jamais »

La Ville se trouve dans une situation d'autant plus délicate qu'elle a dépensé des centaines de milliers de dollars pour aménager le tronçon de piste cyclable concerné. Deux ponts pour vélos ont notamment été construits à cet endroit.

« Le conseil actuel ne veut pas porter de jugement sur les décisions prises dans le passé par la municipalité, affirme la conseillère municipale Nathalie Pelletier. Par contre, ce qui est certain, c'est que plus jamais on ne fera des investissements semblables sur une piste cyclable sans avoir la certitude que notre servitude est d'une durée suffisante. »

Mme Pelletier indique d'autre part que le comité de direction de la Ville a fait part de son intention de solutionner la problématique existante dans les plus brefs délais. « On aura plus de détails à donner bientôt. Notre greffière fait des vérifications et attend des réponses. On manque de données, en ce moment, pour prendre des décisions », reconnaît-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer