Sa mission? Sauver des chevaux

Camille Côté est entourée des chevaux de Bobépine... (La Tribune, Christine Bureau)

Agrandir

Camille Côté est entourée des chevaux de Bobépine et Fanny.

La Tribune, Christine Bureau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Christine Bureau</p>

(Valcourt) L'expression « tenir promesse » n'aurait pas pu rêver d'une meilleure ambassadrice jeunesse. Quand Camille Côté parle de chevaux, ses yeux s'illuminent. Mais la jeune fille de 14 ans est tout aussi passionnée quand vient le temps d'agir. Pour sauver tous les chevaux qu'elle peut sauver, mais aussi conscientiser l'humain au sort qu'il réserve à cet animal. Et c'est en plein la mission de cet organisme auquel elle est liée depuis décembre.

« Dès que Camille a pu parler, elle a toujours dit qu'elle voulait un cheval. Elle a toujours aimé ça », confie sa mère, Sophie Marais. Aujourd'hui, Camille n'a pas un, mais deux chevaux. L'un qu'elle garde en pension, et un autre qu'elle a sauvé des mauvaises mains d'un propriétaire inconscient. « Selon moi, il n'y a pas de personnes qui sont méchantes. Ce monsieur ne faisait pas ça pour mal faire », résume la jeune fille.

Quand elle a recueilli Fanny, elle était en carence. Elle n'arrivait pas à se tenir la tête droite et ses sabots montraient les signes d'une malformation. Mais depuis, Fanny a pris du mieux. Elle a de l'énergie, des amies - elle partage son enclos avec Bopépine, le cheval, et une chèvre - et surtout, beaucoup d'amour. C'est Camille qui fait le train tous les soirs et matins et s'en occupe.

« Les chevaux, ça fait partie de moi. Si tu m'enlèves les chevaux, tu m'enlèves une partie de moi », relate-t-elle. Pour elle, les chevaux sont comme une façon de ralentir. De revenir à l'essentiel. Elle peut passer des heures à aller lire dans les champs, entourée d'eux.

Et bientôt, la petite écurie de Valcourt accueillera deux nouveaux locataires. Deux chevaux que Camille et sa famille ont réussi à sauver à force de persévérance.

« Il y a eu six mois de négociations avec le propriétaire », précise Sophie Marais. Et cela faisait deux ans que Camille voulait sauver ces chevaux, que la vie a mis par hasard sur son chemin. « Moi, ces chevaux-là, je leur avais fait une promesse : les deux, je vous sors de là », confie-t-elle.

Cela fait seulement quelques jours qu'ils sont sortis de cette ferme où ils se trouvaient. Ils ont été transportés à l'un des refuges de Tenir promesse, où ils seront pris en charge jusqu'à ce que Camille puisse les accueillir. Mais la famille Côté doit attendre le printemps pour pouvoir agrandir l'écurie qu'elle a elle-même construite et préparer leur arrivée. « C'est sûr qu'il faut avoir un amour pour les animaux », confie en souriant son père, Martin.

La maman de Camille est elle aussi embarquée de plein coeur dans le projet de sa fille, elle qui a déjà eu un poney du temps qu'elle vivait en France. « Ça fait partie de sa vie depuis tant d'années et c'est en train de faire partie de la nôtre. Ça devient une histoire de famille », sourit-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer