Cerf de Virginie: un projet pilote est mis en place

De passage à Sherbrooke pour rencontrer des représentants des secteurs... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) De passage à Sherbrooke pour rencontrer des représentants des secteurs forestiers et fauniques, le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Laurent Lessard, a annoncé son intention de mettre sur pied un projet pilote de restriction sur la taille légale des bois dans la région de l'Estrie.

Laurent Lessard... (Imacom, Frédéric Côté) - image 1.0

Agrandir

Laurent Lessard

Imacom, Frédéric Côté

La mesure sera doublée de fonds et de ressources ministérielles responsables d'établir les modalités et le suivi du projet qui pourrait être instauré au plus tôt pour la saison 2016.

L'initiative, qui était promue depuis près de 10 ans par la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs (FQCP), vise à rétablir une population de cerfs plus naturelle ainsi qu'à équilibrer le ratio mâle-femelle sur le territoire estrien.

Parmi les modalités prévues, les chasseurs devront s'en tenir à chasser des cerfs ayant au moins trois pointes d'un côté du panache afin de préserver les plus jeunes cerfs.

La mesure sera applicable sur les zones 6 nord et 6 sud, qui regroupent notamment les territoires de Sherbrooke et Coaticook en plus s'étendre jusqu'aux frontières de Drummondville au nord et de Stanstead au sud.

La FQCP-Estrie a accueilli avec un certain soulagement l'annonce du ministre. « À l'arrivée des Libéraux et après les annonces de compressions, le projet avait encore été tabletté, au moins maintenant on n'aura plus à se battre pour faire accepter l'idée », a expliqué son président, Michel Dufort.

D'autres discussions

Le ministre a discuté avec divers groupes dans la matinée concernant les enjeux en matière d'exploitation forestière. Parmi les principaux sujets soulevés, les difficultés à rentabiliser les investissements dans le secteur forestier.

« Certaines municipalités demandent 5000 $ en dépôt de garantie, en plus d'un permis d'exploitation de 1500 $ par exemple. C'est 6500 $ et la personne n'a pas encore commencé à exploiter ta forêt, alors on se dit que peut-être que ce sont des facteurs limitants. Pour le reste, actuellement, on pense que la forêt privée peut en faire plus, qu'elle peut faire plus de livraison », a mentionné le ministre.

Le ministre a également soutenu souhaiter une facilitation de l'accès aux plans d'eau pour la population grâce à l'implantation d'un comité biministériel, avec le ministère des Affaires municipales, qui travaille sur des stratégies d'uniformisation des règlementations de l'accès aux plans d'eau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer