Opération séduction au Musée du bronze

Germain ou Germ pour les intimes de Nathalie... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Germain ou Germ pour les intimes de Nathalie Trépanier.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(INVERNESS) Dans le cadre de son 20e anniversaire, le Musée du bronze d'Inverness présentera, du 31 mai au 12 octobre, Le bronze et la bête, l'empreinte d'un terroir, une vaste exposition de 113 oeuvres mettant en vedette 42 artistes d'un peu partout au Québec.

Il s'agit en quelque sorte d'une opération de séduction pour le musée situé en milieu rural. On compte effectivement mettre en relief les animaux du terroir, ce qui permettra, croit-on, de rejoindre le public en général, les groupes organisés et plus particulièrement la famille.

«Nous croyons susciter l'intérêt d'un nombre grandissant de visiteurs, attirés par un thème familial et un contenu didactique léger et accessible. Quarante-deux artistes ont laissé libre cours à leur imaginaire pour proposer aux spectateurs un parcours incitant à redécouvrir différentes facettes du monde animal», affirme la chargée de projet Christiane Giguère.

Le bronze sera bien entendu à l'honneur, mais on ne se limitera pas à cet art. On présentera effectivement des sculptures et installations d'aluminium, de céramique, de bois, de verre, de grès et de pierre, en plus de peintures et de photographies.

«Ces oeuvres représentent une expression, dont l'empreinte laisse présager un souvenir inoubliable du passage au Musée», ajoute Mme Giguère.

Parmi les artistes choisis pour cette exposition, on retrouve André Ferron, Don Darby, Hélène Matte, Claude Des Rosiers, Pascale Archambault, Jean-Pierre Busque, Francine Noël, Louise Lacourse, Marie-Josée Pinard, Emmanuelle Lessard, Geneviève Brillet Saya et Marius Harton.

L'art que l'on touche

Le Musée du bronze se démarquera encore une fois cette année par la possibilité de toucher à certaines oeuvres avec un gant. Rares sont les musées au Québec et même au Canada où il est permis d'explorer des oeuvres d'art par le toucher.

«Il n'y avait qu'un pas à franchir entre l'idée d'une telle thématique et celle de faire plaisir au public. Une politique a également été mise en place pour les personnes ayant une déficience visuelle marquée. Afin de permettre la visite tactile, l'entrée sera gratuite pour les personnes accompagnatrices.»

Dans une pièce connexe, on retrouvera le projet de création photographique Paysages d'Annie St-Jean. Cette collection présente les gens et les riches paysages ruraux d'Inverness. Cette exposition est agrémentée d'oeuvres de Jean-Paul Riopelle et Alfred Laliberté, deux artistes de renom qui ont marqué la région.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer