La compétition cycliste la plus dure en Amérique du Nord

Victoriaville et sa région seront l'hôte, les 19 et 20 septembre, de ce qui... (Photo site web Classique des Appalaches)

Agrandir

Photo site web Classique des Appalaches

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Yanick Poisson
La Tribune

(VICTORIAVILLE) Victoriaville et sa région seront l'hôte, les 19 et 20 septembre, de ce qui deviendra potentiellement l'épreuve cycliste la plus difficile en Amérique du Nord.

Long de 135 km - dont 45 km se font sur terre battue et sur gravier -, le parcours de la Classique des Appalaches, présenté lundi en conférence de presse, prévoit une ascension totale de 2700 m. L'épreuve se termine par une finale spectaculaire, long de 2,6 km à 6,7 % d'inclinaison moyenne, culminant au sommet du mont Arthabaska.

«Il faudra être costaud pour être capable de faire la différence dans cette dernière montée, analyse le cycliste d'envergure internationale Hugo Houle, porte-parole de l'événement. La course peut également se perdre à n'importe quel moment avec ces passages sur le gravier. Les équipes tenteront de se retrouver devant rapidement. Il est inévitable que ça donnera un excellent spectacle.»

Ce nouvel événement cycliste d'envergure, organisé en étroite collaboration avec le milieu, vise à allonger le calendrier québécois de compétitions tout en faisant rayonner Victoriaville et sa région. Au total, ce sont plus de 600 participants qui sont attendus pour l'épreuve inaugurale. La bourse globale sera de 25 000 $. Le gagnant repartira avec 10 000 $ de plus en poche et... son poids en sirop d'érable.

«Ce sera une course unique, épique et mythique. Le défi est extraordinaire et on voulait que la bourse le soit aussi. Le premier de chacune des catégories recevra son poids en sirop d'érable», explique l'un des initiateurs du projet, Alexis Pinard.

La présence d'Hugo Houle de l'équipe française Ag2r-La Mondiale à titre d'ambassadeur sera cruciale pour le recrutement d'athlètes. On croit que bon nombre d'Américains seront alléchés par les produits de l'érable, mais surtout par la bourse.

Un paysage à couper le souffle

En plus d'offrir aux cyclistes un défi de taille en fin de saison, l'événement a pour objectif de faire découvrir les plus beaux atours de la région située aux confins des Appalaches. Au volet compétitif qu'on espère enlevant s'ajoute un volet récréatif de type «Gran Fondo», qui permettra aux cyclistes d'explorer la beauté et la richesse des paysages du coin à travers trois parcours de 135, 110 et 65 km conçus selon le calibre des participants.

«Il n'y a pas beaucoup de courses qui offrent un tel dénivelé et ça se passe dans une région qui a trop de beautés à offrir. La Classique n'aura rien à envier à ce qui se fait ailleurs. C'est un des plus beaux coins au Québec, mais c'est un secret bien gardé», conclut Houle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer