L'île Charest sera un espace vert

Aucune date n'a encore été arrêtée pour la... (Archives La Tribune)

Agrandir

Aucune date n'a encore été arrêtée pour la démolition du chalet de l'île Charest.

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Cédée à la Ville de Magog contre un reçu de charité en 2013, l'île Charest redeviendra un lieu de verdure exempt de toute construction. Aucune date n'a encore été arrêtée pour la démolition de l'ancien chalet de la famille de Jean Charest. Mais, à moins d'un revirement inattendu, la municipalité le fera disparaître du paysage.

Pour la famille de l'ex-premier ministre, cette île était un merveilleux espace de détente et de récréation. La famille Charest s'installait sur cette parcelle de terre, voisine de la pointe Merry, en saison estivale et vivait hors du temps ou presque jusqu'au retour des enfants en classe.

La Ville de Magog a consulté ses citoyens, l'an dernier, afin de recueillir des commentaires et des propositions en lien avec l'avenir de la petite île. Des suggestions variées ont été faites par la population à l'époque.

«Ça allait de l'implantation d'un restaurant à la création d'un lieu de conservation, en passant par la construction d'un pont pour piétons pour se rendre dessus», indique la mairesse de Magog, Vicki May Hamm.

Finalement, la municipalité a choisi de redonner tous ses droits à la nature. Le terrain deviendra un espace vert sans statut de préservation particulier. Les gens pourront s'arrêter sur place pour visiter le lieu ou se détendre, à condition d'avoir une embarcation à leur disposition.

«On va laisser l'endroit naturel, confirme Mme Hamm. Il faut comprendre que c'est un terrain inondable en bonne partie et que, en plus, cette île n'est pas très large, ce qui fait qu'on est vite dans la bande riveraine. Il ne serait pas possible de réaliser beaucoup de projets sur place.»

«Je trouverais ça super si ce lieu pouvait devenir le prolongement de la pointe Merry.»


La mairesse de Magog admet que l'idée de construire une passerelle entre la pointe Merry et l'île Charest lui plaisait. Le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques aurait toutefois émis un «avis défavorable» concernant cette idée.

Représentant le district des Marinas, la conseillère municipale Nathalie Pelletier confie elle aussi que le projet de passerelle lui semblait intéressant. «Je trouverais ça super si ce lieu pouvait devenir le prolongement de la pointe Merry», lance-t-elle.

La démolition de l'ancien chalet de la famille Charest, qui ne serait plus en très bon état, ne devrait pas être effectuée avant la fin de l'année 2015. «Ce n'est pas une priorité pour nous à l'heure actuelle. Je ne sais pas quand ça se fera» , admet Vicki May Hamm.

Éventuellement, le conseil municipal se penchera à nouveau sur l'avenir de la petite île. Des idées prometteuses pourraient alors émerger. Rien ne presse, cependant, de l'avis de Mme Hamm.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer