«Je vais continuer de me recueillir avant le conseil», dit le maire de Coaticook

« Si le jugement dit que je ne dois plus la faire la prière au conseil, je ne... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Coaticook) « Si le jugement dit que je ne dois plus la faire la prière au conseil, je ne la ferai pas. Je vais continuer à dire la prière dans ma tête, non pas à la dire », a déclaré le maire de Coaticook, Bertrand Lamoureux, lequel tenait à nuancer les propos véhiculés dans les médias à l'effet qu'il n'entendait pas tenir compte de la décision rendue par la Cour Suprême interdisant la prière au conseil municipal.

« Je ne vais pas défier la loi en étant maire et si les membres de mon conseil disent non, ça va être non, poursuit M. Lamoureux. Je suis très déçu du jugement, parce que mes croyances sont là, mais il va falloir obéir. Personnellement, je compte continuer de me recueillir avant, que ce soit dans la salle du conseil ou dans une autre salle. » 

Il faut souligner que, contrairement au maire de Saguenay, M. Lamoureux déclare qu'il n'a jamais reçu de plaintes de ses citoyens, que des félicitations. D'autre part, après 28 ans au conseil municipal, dont 10 ans à titre de maire, Bertrand Lamoureux avoue sincèrement ne pas connaître ladite prière par coeur.

Celle-ci se résumant à : « Seigneur nous te louons et nous te remercions pour toutes les grâces reçues. Envoie ton Esprit de lumière sur nos délibérations. »

Quant au crucifix affiché dans la salle du conseil, le maire de Coaticook est clair : « Il demeurera tant et aussi longtemps qu'on nous ne demandera pas de l'enlever. »

Liberté de religion

Mercredi, la Cour suprême du Canada a ordonné au maire Jean Tremblay de cesser la récitation de la prière dans les salles de délibérations du conseil municipal de Saguenay.

Dans une décision unanime, le plus haut tribunal au pays a déterminé que la pratique contrevient à la liberté de conscience et de religion garantie par la Charte québécoise des droits et libertés de la personne.

La cour est d'avis que le fait de prononcer une prière au conseil municipal porte atteinte au principe de neutralité religieuse de l'État.

M. Tremblay a tenu à dire sa déception, au cours d'un point de presse à Saguenay. Il a invité le Québec à se tenir debout pour défendre ses traditions, sans préciser la manière.

- Avec La Presse Canadienne

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer