Martin Coiteux: «Personne ne peut douter de notre détermination»

Martin Coiteux... (La Tribune, Yvan Provencher)

Agrandir

Martin Coiteux

La Tribune, Yvan Provencher

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yvan Provencher
La Tribune

(Asbestos) « Nous faisons présentement la remise en ordre de notre maison commune; nous travaillons à faire du Québec la province la plus performante au Canada. Cela passe d'abord par les finances publiques. Nous avions promis lors de la dernière élection provinciale de nous occuper de l'emploi, de l'éducation, de l'économie, de la santé et du développement des régions, nous avons toujours ces préoccupations. »

De passage dimanche à Asbestos suite à l'invitation de l'Association libérale du comté de Richmond qui tenait son brunch annuel, le président du Conseil du trésor du Québec, Martin Coiteux, a indiqué devant un auditoire conquis que le gouvernement Couillard a le courage de changer les choses et qu'il est essentiel de le faire. « Aujourd'hui, nous avons la province la plus endettée, avec les impôts les plus élevés. Nous versons plus d'argent à payer les intérêts sur la dette que nous investissons pour nos écoles et nos institutions scolaires. Nous devons nous préoccuper de notre capacité de payer des services dont nous nous sommes dotés ».

Pour ce faire, il propose d'abord de remettre tout en question avec l'objectif d'atteindre un budget équilibré. Il a mis avec ses collègues en place deux gros chantiers, celui de la révision de programmes en les rendants soutenables en fonction des revenus et celui de la révision des structures et organismes, avec des fusions à venir. « Ça va nous permettre des choses pas mal intéressantes, soit de créer de la richesse, d'augmenter le pouvoir d'achat des gens, de permettre aux entreprises de pouvoir investir davantage, de se développer tout en créant des emplois », promet avec enthousiasme le responsable de l'Administration gouvernementale et de la Révision permanente des programmes.

« Prendre le contrôle des finances publiques, dégager de l'argent pour les citoyens en se dotant d'une marge de manoeuvre, voilà ce que nous voulons réaliser en agissant d'une façon responsable, en ayant le courage de revoir nos façons de faire. Personne ne peut maintenant douter de notre détermination, » a conclu le député de Nelligan.

Yvon Vallières de retour

Celui qui fut le député du comté de Richmond pendant une carrière politique de 34 ans, Yvon Vallières, était également présent à ce brunch et a livré un témoignage sur sa vie pendant et après la politique.

« Je demeure très occupé et je continue à réaliser mes rêves. Non, je ne m'ennuie pas de la politique, mais de mes amis en politique. J'ai toujours été loyal envers les chefs du Parti libéral, mais d'abord auprès de mes électeurs. »

Il a rappelé son plus grand moment de sa carrière alors qu'il a été réélu après sa défaite de 1976, sa plus grande déception soit, le rejet de l'entente du Lac Meech et le grand plaisir de son amitié avec Jean Charest, qui ne l'a jamais laissé tomber dans des situations difficiles. Yvon Vallières a été chaudement applaudi par ses amis politiques présents dans la salle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer