De l'inusité et du fascinant au FIMAV

Le commissaire aux installations sonore du FIMAV, Érick... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Le commissaire aux installations sonore du FIMAV, Érick D'Orion.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(VICTORIAVILLE) Les Victoriavillois risquent de faire des rencontres particulièrement inusitées en mai lorsqu'ils circuleront sur la piste cyclable bordant la place Sainte-Victoire. Pour une sixième année, l'organisation du Festival international de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV) mènera une opération séduction en proposant gratuitement une série d'installations sonores.

« Les installations sonores, c'est un excellent outil pour le développement de marché. C'est sûr que les festivaliers ne manquent pas de s'y rendre, mais il y a aussi la population en général et les groupes scolaires qui y assistent. Plus ils seront exposés à ces présentations incongrues, plus ils seront susceptibles de venir assister aux concerts en salle », estime le commissaire aux installations sonores, Érick D'Orion.

Le FIMAV proposera, du 11 au 17 mai, sept installations sonores à l'intérieur du quadrilatère composé de la place Sainte-Victoire, de la bibliothèque Charles-Édouard-Mailhot et de l'Hôtel de Ville. Pour la première fois, on fera confiance à un artiste de la place pour ériger l'une des installations. Danys Levasseur présentera alors Réserve phonique, une oeuvre constituée d'un ensemble de résonateurs acoustiques diffusant une composition autonome de 15 minutes.

Ces instruments, appelés l'orchestre de matières sympathiques, sont fabriqués de boîtes de bonbons, ressorts, horloges, lampes et baguettes de métal. Cette installation sera présentée au Centre Emmaüs. C'est la première fois que le FIMAV met les pieds sur ce site.

L'artiste-scientifique Patrick Saint-Denis présentera à la Vélogare l'exposition Pentafold qui consiste en un choeur d'accordéons robots animé par un ensemble de composantes logicielles permettant de « sonifier » des données. L'ensemble est alimenté par le Web, ainsi que par un système de captation de caméra.

Alexis Bellavance présentera, pour sa part, Fenêtres, une installation comportant trois étangs sur lesquels on a placé des miroirs tournés vers le ciel, ainsi que de petits haut-parleurs. On utilisera la puissance de l'eau pour accentuer les subtils signaux sonores.

C'est à la Bulgare Nataliya Petkova qu'on a confié le mandat d'animer le kiosque à musique. Cette dernière présentera Composition en V, une oeuvre développée en France et composée de deux pianos qui répondent aux stimuli envoyés par des moteurs électriques.

Sarah L'Hérault risque d'en surprendre plus d'un avec son 124 portes de chars qui impliquera, comme son nom l'indique, les portières d'une dizaine d'automobiles disposées ça et la de chaque côté de la piste cyclable. Ces dernières émettront... des bruits de portes.

On évalue à 12 000 le nombre de personnes qui portent attention aux différentes installations sonores annuellement, c'est un peu plus de deux fois l'achalandage des concerts en salle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer