Des becs sucrés pour Pâques

Si quelques cabanes à sucre de la région étaient fermées le jour de Pâques,... (Imacom, Julien Chamberland)

Agrandir

Imacom, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Sherbrooke) Si quelques cabanes à sucre de la région étaient fermées le jour de Pâques, celles qui ouvraient leurs portes étaient pleines à craquer dimanche.

«On n'est pas plus populaires à Pâques que d'habitude, parce qu'on est pleins toute la saison!» nuance toutefois avec le sourire Jean-François Laplante, propriétaire de la cabane à sucre Érabilis, à North Hatley. Les dimanches midi sont d'ailleurs particulièrement populaires; la cabane affiche complet pour ce repas jusqu'au 3 mai.

Comme le mois de février était très froid, les réservations ont commencé à affluer un peu plus tard qu'à l'habitude. Cependant, même s'il reste beaucoup de neige au sol en ce mois d'avril où on a bien intérêt à ne pas se découvrir d'un fil, l'attrait de l'érable a fini par se faire sentir et Érabilis était réellement bondée de familles dimanche.

Ils étaient nombreux, donc, à s'être regroupés chez Érabilis, mais aussi à l'Érablière Duchesne, à Fleurimont. La famille de Georges Milot s'y réunit chaque année, pour célébrer Pâques. «Mon fils et sa famille sont descendus de Cowansville, on a dîné chez nous et après on vient ici pour la tire», affirme le patriarche, un bâtonnet sucré à la main.

Dans les deux cabanes, il est d'ailleurs possible de venir seulement pour une partie de tire si on n'a pas envie de prendre le repas complet... ou si on n'arrive pas à réserver une place à un moment qui nous convient!

Saison tardive

Les propriétaires d'érablières n'ont donc pas de misère à remplir leurs tables. Cependant, côté production, les affaires vont moins bien. «Comme l'an passé, on vient tout juste de commencer à faire du sirop. C'était autour de la même date», affirme Jean-François Laplante.

Et à voir les mois à venir, l'acériculteur croit-il pouvoir compter sur une récolte généreuse pour compenser le départ tardif? «N'importe qui qui donne une réponse à ça, c'est un menteur!» lance-t-il avec humour. «C'est très difficile à dire. Généralement, plus tu commences tard, moins tu as de chances d'avoir une grosse récolte, parce qu'il y a des chances qu'un réchauffement rapide mette fin abruptement à la saison», avance-t-il toutefois.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer