PKP découvre Lac-Mégantic

Le député de Saint-Jérôme et candidat à la... (La Tribune, Ronald Martel)

Agrandir

Le député de Saint-Jérôme et candidat à la chefferie du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, s'est longuement entretenu avec Jacques Gagnon, vice-président et porte-parole du Comité citoyen de la région de Mégantic (au centre), et avec un conseiller en soutien à ce comité, Yves Thibaudeau.

La Tribune, Ronald Martel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(LAC-MÉGANTIC) Le député de Saint-Jérôme et candidat à la chefferie du Parti Québécois, Pierre Karl Péladeau, a passé la journée à Lac-Mégantic vendredi. Il s'agissait pour lui d'une première visite, et il a découvert une ville meurtrie à cause de la tragédie d'il y a 21 mois.

«J'ai parlé avec des Méganticois, j'ai exprimé mes condoléances à votre mairesse, et, à cause de la tragédie qui est arrivée, on s'est intéressé à la région. J'ai une opinion comme citoyen, mais je ne veux pas récupérer l'événement, je m'exprime avec réserve par respect pour les autorités... C'est une tragédie forte de signification pour les personnes. Je suis ému d'être ici!», a admis M. Péladeau.

«Qu'on en parle encore aujourd'hui, c'est normal. Le Québec n'oubliera pas. À cause du poids de cette tragédie, on le sent quand on parle aux gens ici, elle a laissé à tous personnellement une tache, une trace indélébile.»

Auparavant, le politicien avait signé la pétition demandant une enquête publique sur la tragédie, mise de l'avant par le Comité citoyen de la région de Lac-Mégantic, dont Jacques Gagnon est vice-président et porte-parole. D'ailleurs, les deux hommes ont parlé ensemble pendant un long moment. Après la mairesse Colette Roy Laroche, M. Péladeau est le premier politicien à signer cette pétition. Il a ensuite pris un bain de foule au Centre sportif Mégantic.

Pour les trois prochaines années, s'il est élu chef du PQ, M. Péladeau n'a pas hésité à s'engager à parler de la souveraineté. «C'est important qu'on en vienne à récupérer notre territoire. Par exemple, le transport ferroviaire et la législation qui la supporte, nous devons récupérer ça. On l'a vu ici ce qu'ont fait le laxisme et le détachement, de même que l'influence des grands transporteurs. Pensez-vous que ce serait la même chose à Québec? Je ne crois pas, surtout quand on pense à l'imputabilité des femmes et des hommes politiques», a confié M. Péladeau.

«Le poids du Québec s'amenuise à Ottawa... Les intérêts différents du Canada, ses orientations différentes, ses politiques, font que les deux solitudes s'éloignent encore davantage.»

Pierre Karl Péladeau a effectué une visite chez Tafisa Canada, puis il a rencontré des militants du PQ au Café bistro La Brûlerie, à 17 h, dans les nouveaux condos commerciaux. Une cinquantaine de personnes l'ont acclamé à cet endroit. Il a terminé la soirée lors d'un souper avec des gens d'affaires de Lac-Mégantic.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer