Christian Paradis quittera la vie politique

Christian Paradis... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Christian Paradis

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(VICTORIAVILLE) Le ministre conservateur Christian Paradis a pris un peu tout le monde par surprise, vendredi en milieu de journée, en annonçant qu'il n'avait pas l'intention de solliciter un quatrième mandat dans sa circonscription de Mégantic-L'Érable aux prochaines élections fédérales.

«Cette décision est personnelle. Ma famille et moi l'avons profondément mûrie ensemble. Nous en venons à la conclusion qu'après presque une décennie, pour moi, sur la scène publique, il est temps de passer le flambeau et tourner sereinement la page afin d'écrire un nouveau chapitre de notre vie», confie le politicien de 41 ans.

Le député commençait à trouver éprouvant les multiples allers-retours entre sa circonscription et Ottawa. Sa profession était également source de stress et d'horaires imprévisibles. Il donne notamment l'exemple de la tragédie de Lac-Mégantic, au cours de laquelle il a dû intervenir. «C'est indescriptible ce que j'ai vu là-bas. Je suis arrivé à 7 h 30 le matin de l'événement. Je suis marqué à vie par ce qui s'est passé», affirme-t-il.

Le dossier de la reconstruction de Lac-Mégantic a été au coeur de la décision du ministre. Ce dernier estime que la Municipalité est sur la bonne voie et que le processus est bien enclenché.

«C'est quelque chose que j'ai considéré lors de ma prise de décision. Si j'avais eu à la prendre il y a un an, elle n'aurait pas été la même. C'était important pour moi que tout soit en place. On ne ramènera jamais ceux qui ont perdu la vie dans cette tragédie, les plaies sont encore ouvertes, mais elles se cicatrisent. Il y a du positif, explique M. Paradis. Gens de Lac-Mégantic, je salue votre courage et votre résilience qui servent d'exemple partout au Canada et ailleurs dans le monde. Restez forts.»

Retour au privé

Le Thetfordois a informé le premier ministre de son intention de ne pas se représenter aux élections de cet automne, mais a la ferme intention de continuer à représenter ses commettants d'ici là. Il n'est d'ailleurs pas question de chercher un nouvel emploi tant qu'il est en poste.

«Parce qu'il faut bien gagner sa vie, je me mettrai à la recherche d'un emploi une fois que mon mandat sera terminé. Je crois bien que je retournerai au privé. C'est de là que je suis issu. Mon expérience en tant que ministre devrait m'ouvrir certaines portes», croit-il.

S'il fait une croix sur la politique, Christian Paradis s'est dit honoré d'avoir eu le privilège de servir la population. Il considère son rôle comme gratifiant, même s'il a, à l'occasion, été la cible de critiques. Il conservera d'excellents souvenirs de son passage au sein du gouvernement.

Des réalisations

Le ministre âgé de 41 ans a été élu pour la première fois sous la bannière conservatrice en 2006. Il a assumé plusieurs responsabilités importantes au sein du cabinet, dont celles de ministre de l'Industrie et de ministre des Ressources naturelles. Il a été le lieutenant politique du premier ministre Stephen Harper au Québec de 2008 à 2013.

Vendredi, Christian Paradis s'est dit fier des réalisations qui ont marqué ses dix années de vie politique. Il fait notamment allusion à l'harmonisation de la taxe de vente avec le Québec et à la conclusion de l'accord de principe de cogestion du gisement d'hydrocarbures de Old Harry.

«Je suis aussi ravi d'avoir pu soutenir les petites et moyennes entreprises pour un meilleur accès au processus d'approvisionnement fédéral. Je me réjouis enfin d'avoir pu aider à mieux définir l'avenir du secteur de l'aérospatial et mettre en place des règles favorisant une saine concurrence dans le secteur des télécommunications», statue-t-il.

Maintenant qu'il a annoncé son départ, Christian Paradis collaborera avec le Parti conservateur afin de dénicher le candidat qui lui succédera. L'homme politique a la ferme intention de continuer de militer dans sa circonscription.

Une autre ministre du cabinet Harper, Shelly Glover, a aussi annoncé vendredi qu'elle ne sollicitera pas un nouveau mandat. L'actuelle ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles a fait savoir qu'elle reprendrait du service dans les forces policières.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer