Opposition au dépotoir: un frein au développement, selon Cusson

Alexandre Cusson... (Archives La Tribune)

Agrandir

Alexandre Cusson

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) La récente requête du Groupe d'opposants au dépotoir de Drummondville (GODD) devant les Tribunaux aura un impact sur les finances de la Municipalité et cette situation n'a rien pour plaire au maire Alexandre Cusson qui a réagi vivement.

« L'action prise en justice par ce groupe n'est pas sans répercussion financière pour les contribuables. Afin de défendre les droits des Drummondvillois, la Ville devra se résoudre à dépenser des dizaines de milliers de dollars en frais juridiques, prévoit-il. C'est l'argent des contribuables qu'ils nous obligent à payer à des avocats plutôt que de l'investir dans de nouveaux projets. Devrons-nous freiner le développement des parcs? Devrons-nous réduire l'entretien des voies de circulation?».

M. Cusson a qualifié de « farfelue » la requête du GODD puisque c'est l'ancienne municipalité de Saint-Nicéphore qui a permis à Waste Management de créer un lieu d'enfouissement technique sur son territoire et que c'est le gouvernement du Québec qui a la responsabilité d'émettre un certificat autorisant la poursuite de ses activés.

En fait, le maire estime que le GODD est davantage devenu un frein au développement de la municipalité qu'un groupe ayant pour objectif de défendre une cause précise.

« Le GODD, soit le groupe des opposants au développement de Drummondville, ne cesse de mettre des bâtons dans les roues de ceux qui souhaitent faire avancer notre communauté. Sans les nommer, je peux vous dire que la plupart d'entre eux avaient mis leur nom sur les bulletins de vote lors des dernières élections municipales, et les Drummondvillois avaient refusé de les élire. Cela ne fait que conforter un peu plus la population dans leur choix de novembre 2013 », dit-il.

Alexandre Cusson a précisé que son conseil était en mode solution avec la création d'une commission consultative sur l'élimination des déchets ultimes. Les responsables de cette commission soumettront d'ailleurs prochainement des alternatives à l'enfouissement. Le maire se rendra lui-même, en juin, au congrès annuel de la Fédération canadienne des municipalités, à Edmonton. Il en profitera pour visiter la bioraffinerie d'Enerkem.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer