Au tour des infirmières de descendre dans la rue

Plusieurs dizaines d'infirmières associées à la Fédération interprofessionnelle... (Photo collaboration spéciale Éric Beaupré)

Agrandir

Photo collaboration spéciale Éric Beaupré

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Plusieurs dizaines d'infirmières associées à la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) sont descendues dans les rues de Drummondville, mardi en milieu de journée, afin de signifier au gouvernement de Philippe Couillard que leur convention collective venait à échéance et lui rappeler qu'un rattrapage salarial était nécessaire.

«Nous n'avons pas eu d'augmentation de salaire depuis 2004 et nous considérons qu'un rattrapage salarial s'impose. Nous n'avons pas l'intention d'accepter l'offre de 3 % sur cinq ans du gouvernement, ce que nous demandons, c'est 13,5 % sur trois ans », statue la présidente de la FIQ à Drummondville, Brigitte Roy.

Ces travailleuses manifestaient également afin de protester contre le projet de Loi 10 qui entre en vigueur aujourd'hui et qui prévoit la fusion de tous les CSSS des régions de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Elles estiment que ces changements ne se feront pas à l'avantage des patients. Mme Roy a promis que ce n'était pas la dernière fois qu'on entendait parler d'elles cette année.

« Notre objectif est de faire du bruit, d'être visibles. On veut que le gouvernement sache que notre convention collective est échue et que nous ne sommes pas en accord avec les fusions. On veut que les gens soient solidaires avec nous. Au cours de l'été, il va y en avoir des manifestations », résume-t-elle.

Des manifestations similaires ont aussi eu lieu à Shawinigan et Nicolet en cours de journée.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer