Piscines: jusqu'à quel point faut-il serrer la vis?

Jusqu'à quel point la Ville de Magog devrait-elle serrer la vis aux... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Jusqu'à quel point la Ville de Magog devrait-elle serrer la vis aux propriétaires de piscines construites avant juillet 2010? Les élus municipaux de Magog seront forcés de se poser cette question au cours des semaines à venir.

Quelques dizaines de personnes ont récemment pris part à une assemblée de consultation concernant la nouvelle réglementation envisagée par la municipalité pour les piscines résidentielle. Plusieurs critiques, souvent bien articulées, ont été entendues à cette occasion.

Maire suppléant à Magog, Yvon Lamontagne a présidé l'assemblée de consultation. Il affirme que «tout est sur la table» en ce moment. «Rencontrer la population était une étape très importante dans ce dossier, fait-il valoir. On verra maintenant ce qu'on décidera.»

Le projet de règlement de la Ville de Magog ferait en sorte que la réglementation en vigueur au Québec depuis juillet 2010 serait également applicable aux piscines dont la construction est antérieure à ce mois.

Yvon Lamontagne sait que le nombre de noyades n'a cessé de diminuer ces dernières années, et ce, en partie grâce à la nouvelle règlementation provinciale. Mais il est aussi conscient des limites de la réglementation dans un dossier comme celui-là.

41 noyades en 2014

«En 2014, sur les 41 noyades qui ont eu lieu au Québec, seulement deux sont survenues dans des piscines résidentielles. C'est le genre de données qu'il faut aussi prendre en considération», estime-t-il.

Présidente du comité consultatif en urbanisme, Nathalie Pelletier avoue qu'elle avait des réticences à l'égard du contenu du nouveau règlement élaboré par la Ville de Magog.

«Personnellement, je suis 100 pour cent derrière l'objectif poursuivi, soit d'améliorer la sécurité des gens. Mais j'anticipais que la nouvelle réglementation serait difficile à appliquer. Il y a différentes variables qui seraient à considérer en évaluant les installations les plus vieilles. Ce ne serait pas toujours facile de trancher», explique cette conseillère municipale.

D'après Mme Pelletier, il serait préférable de «modifier de façon importante» le projet de règlement actuellement à l'étude. Elle croit que le conseil municipal prendra le temps de bien soupeser tous les éléments avant de prendre une décision finale.

En dévoilant le projet de règlement de sa municipalité, la mairesse de Magog, Vicki May Hamm, avait rappelé une «triste noyade» survenue durant l'été 2012 dans sa ville. Un jeune enfant était à l'époque passé sous une clôture et s'était noyé dans une piscine creusée. Un coroner avait par la suite pondu un rapport.

Si le projet de règlement est adopté, une clôture devra ceinturer toute piscine hors terre possédant une paroi d'une hauteur inférieure à 1,2 mètre. Il faudra également que le pourtour de ce type d'installation soit «dépourvu de tout élément de fixation, saillie ou partie ajoutée pouvant faciliter l'escalade.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer