Championne de la valorisation des déchets

De gauche à droite, Monique Clément, chargée de... (La Tribune, Maryse Carbonneau)

Agrandir

De gauche à droite, Monique Clément, chargée de projet de la MRC de Coaticook, Jacques Madore, préfet, Francis Lussier, directeur général de la Régie intermunicipale de gestion des déchets solides de la région de Coaticook (RIGDSC), le président de la Régie et maire d'East Hereford, Richard Belleville et son vice-président, Luc Marcoux, conseiller à la Ville de Coaticook.

La Tribune, Maryse Carbonneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Coaticook) La MRC de Coaticook est celle qui enfouit le moins d'ordures ménagères par personne au Québec, soit 181,97 kg/personne, suivie par la Ville de Sherbrooke avec 189,77 kg. Ces performances s'appuient sur les données d'élimination des matières résiduelles 2013 du ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. Bien que la MRC de Coaticook ait enregistré une légère hausse de 1 % en 2014, sa performance n'en demeure pas moins exemplaire en considérant qu'au Québec, la moyenne s'élève à 297,14 kg et que l'ensemble des autres MRC de la région estrienne se situe au-delà des 200 kg, voire 300 kg.

La MRC de Coaticook a atteint cette position enviable grâce, entre autres, à la mise en place d'une collecte des matières compostables accessible à tous, incluant les multilogements, les écoles, le CSSS, la plupart des commerces et entreprises, les campings et même les parcs et événements publics. De fait, depuis l'implantation de ce service en 2008, les déchets enfouis ont fondu de moitié, passant de quelque 7000 tonnes à 3500 tonnes en 2014. «La MRC de Coaticook espère réduire la quantité de déchets enfouis à 150kg/pers d'ici 2020 en suivant son Plan de gestion des matières résiduelles (PGMR)», tient à souligner Monique Clément, chargée de projet matières résiduelles de la MRC de Coaticook.

Des municipalités à la remorque

Il est vrai que la MRC de Coaticook pourrait faire encore mieux, puisque quatre de ses douze municipalités présentent des volumes d'enfouissement largement au-dessus de la moyenne, soit Stanstead-Est (223 kg), Compton (240 kg), Sainte-Edwidge-de-Clifton (272 kg) et Saint-Malo (272 kg). Incidemment, ces municipalités partagent la stratégie commune d'effectuer plus de collectes de déchets et moins de collectes de compostage.

«Nous sommes conscients que nous devons nous améliorer, déclare Jacques Madore, maire de Saint-Malo. Nous avons déjà distribué plusieurs feuillets afin d'inciter nos citoyens à utiliser les bons bacs, mais il nous faudra sans doute adopter de nouvelles mesures afin d'améliorer notre performance et éviter de perdre les redevances versées par le gouvernement du Québec.»

Nonobstant la participation citoyenne, la volonté politique semble aussi jouer un rôle important dans la piètre performance de la municipalité puisque le maire de Saint-Malo affirme qu'il en coûte beaucoup moins cher d'acheminer les déchets au site d'enfouissement de Bury (Valoris) que d'assurer le traitement des matières compostables à la plate-forme de Coaticook.

Or, à l'exclusion des coûts de collecte et de transport, la Municipalité de Saint-Malo paie 71,65 $ la tonne pour enfouir ses déchets à Bury et 65 $ la tonne pour ses matières compostables à Coaticook. Il n'en demeure pas moins que les deux seules municipalités à recourir à Valoris, Martinville et Saint-Malo, ont enregistré une hausse respective de 14 % et 10 % de leurs déchets enfouis en 2014, suivies de près par Waterville avec 9 %.

M. Madore argumente que de nombreux citoyens effectuent leur propre compostage à la maison. Le fait est que le sac à ordures le plus lourd de la MRC de Coaticook est celui des Maloins. Quant aux encombrants (gros rebuts), bien que le nombre de collectes a été réduit de deux à une par année, la municipalité n'étant pas membre de la Ressourcerie des Frontières, les encombrants collectés sont destinées à l'enfouissement et ne sont pas valorisés. Conséquemment, Saint-Malo présente le plus faible taux de matières valorisées, soit 40 % comparativement à la moyenne régionale de 60 %. Coaticook vient en tête avec 67 %, talonnée par East Hereford (62 %) et Saint-Venant-de-Paquette (61 %).

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer