16 fondations d'hôpitaux à accorder

Pas moins de 16 fondations navigueront autour du futur Centre intégré... (Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Pas moins de 16 fondations navigueront autour du futur Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux - Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CIUSSS de l'Estrie-CHUS). Ces 16 fondations réunies injectent environ 27 millions $ dans le réseau de la santé annuellement, environ l'équivalent de 2,5 % du budget global de 1,15 milliard $ pour l'ensemble du CIUSSS de l'Estrie-CHUS.

Charles Auger... (Archives La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Charles Auger

Archives La Tribune

La fusion des 14 établissements et de l'agence de santé, qui prendra effet le 1er avril, ne touchera pas directement les fondations. Aucune fondation ne sera abolie avec l'entrée en vigueur de la loi 10, qui précise qu'une fondation peut continuer de recueillir des contributions au bénéfice des installations inscrites au dernier permis de l'établissement fusionné.

Y aurait-il un vent de fusion dans l'air? Non, assure Charles Auger, directeur de la Fondation du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS). Cette fondation est de loin la plus importante des 16 fondations avec ses 17 millions $ amassés annuellement. Personne ne serait gagnant, d'ailleurs, s'il y avait une fusion.

« Certaines personnes donnent 50 $ à deux endroits, à la Fondation du CSSS du Granit et à celle du CHUS, par exemple, mais on pense qu'ils donneraient seulement 50 $ si on n'avait qu'une seule fondation », explique-t-il.

 André Larocque... (Photo fournie) - image 2.0

Agrandir

 André Larocque

Photo fournie

Et puis surtout, les gens veulent donner là où ils ont un sentiment d'appartenance. « Les gens veulent savoir où va leur argent, il faut que ce soit concret. Donner de l'argent à la fondation d'un CIUSSS de l'Estrie-CHUS, ça n'intéresserait personne! » est convaincu André Larocque, directeur de la Fondation de l'hôpital de Granby qui récolte environ 2 M$ par année.

Il n'empêche que les fondations devront rapidement apprendre à collaborer entre elles, notamment parce qu'il y aura une place pour elles au conseil d'administration du CIUSSS de l'Estrie-CHUS. Quelque 16 fondations, une seule place : il sera nécessaire que les fondations discutent entre elles pour choisir le membre qui les représentera le mieux.

« Nous avons déjà une belle collaboration avec plusieurs autres fondations. Par exemple, pour Au coeur de la vie à l'automne et pour le tirage du véhicule récréatif, nous travaillons avec six autres fondations avec qui nous partageons les profits en fonction du nombre de billets vendus par chacun », illustre Charles Auger.

André Larocque croit aussi en la collaboration. La Fondation du Centre hospitalier de Granby a déjà procédé à une « sorte de fusion » avec la Fondation Horace-Boivin, qui travaille pour les cinq centres d'hébergement et de soins de longue durée de la région de Granby. « Nous avons gardé nos particularités, mais on évite de se piler sur les pieds », résume M. Larocque.

Charles Auger abonde dans le même sens. Un jour, peut-être, insiste-t-il, il y aurait un intérêt pour tout le monde à fusionner les administrations de toutes ou d'une partie de ces fondations, sans changer la mission de chacune d'entre elles. « Ce serait très facile à faire. Mais il va falloir qu'il y ait un intérêt global pour en arriver là », dit-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer