Coaticook: Postes Canada défend son plan

En prévision de la cessation de la livraison du courrier à domicile en 2015,... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Coaticook) En prévision de la cessation de la livraison du courrier à domicile en 2015, Postes Canada implantera 70 boîtes postales communautaires (BPCOM) dans la zone urbaine de Coaticook. Des citoyens contestent au moins un des sites retenus.

Dans les entrées municipales, sur des espaces verts, ainsi qu'un petit nombre de terrains privés, «cinq ou six ou un peu plus, selon Anick Losier, porte-parole de Postes Canada. Sur ces terrains, nous demandons l'approbation du propriétaire directement et s'il ne veut absolument pas, il nous faut trouver un autre site.»

«Ce que nous essayons de faire, c'est de changer un mode de livraison et c'est un gros changement. Nous n'avons donc pas intérêt à aller contre ce que les gens veulent en termes de site et que cela devienne contentieux, ce n'est pas notre façon de faire. Nous n'imposerons rien et nous allons en discuter avec ces gens-là, voir quelles sont les autres possibilités.»

En théorie la démarche semble claire, mais dans la pratique, le propriétaire est «informé» des intentions de Postes Canada, montage photo à l'appui, accompagné d'un petit guide de renseignements. «On nous informe qu'il y a un numéro de téléphone où nous pouvons nous plaindre, mais que ce recours ne donne en général rien», explique Dr Richard Germain, dont le terrain sur la rue Lamy, dans le développement Couillard, a été ciblé comme futur site pour l'aménagement d'une BPCOM de 32 compartiments. Homme d'action, il a immédiatement pris les choses en main avec, pour résultat, une pétition de 41 signataires demandant de favoriser l'implantation de la nouvelle boîte sur le site déjà aménagé de la rue Barnston, soit à 0,4 kilomètre du site de la rue Lamy.

Entre autres choses, les citoyens dénoncent l'absence de consultation. Celle-ci a pourtant eu lieu l'automne dernier dans le cadre d'un sondage, lequel est suivi «d'un porte-à-porte chez les gens dont les propriétés sont adjacentes au site proposé afin de voir si nous avons pensé à tout, explique Anick Losier. Selon le sondage, les gens nous ont clairement dit préférer un petit site, plus près de la maison, sauf que dans le cas du secteur Couillard il se pourrait qu'on ne suive pas les lignes du sondage. On a déjà un multisite dans ce secteur, on pourrait donc considérer faire un autre multisite dans les environs. On veut travailler avec la municipalité et le groupe de citoyens.»

Il faut dire que les préjudices anticipés par Dr Germain sont nombreux, notamment l'impossibilité de vendre une partie de son terrain, perte potentielle de la valeur de sa propriété, perte de tranquillité, bris et potentiellement perte d'arbres matures adjacents au site, envahissement de la propriété par des papiers et débris, mais aussi risque de danger pour les enfants du voisinage en raison de l'augmentation de la circulation.

Tel que suggéré, Dr Germain a communiqué avec Postes Canada et a reçu un retour d'appel quelques jours plus tard. «On m'a dit que les demandes étaient étudiées cas par cas et que chacun recevrait une réponse. Pour ma part, je compte me battre. C'est inconcevable!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer