Le Marché de solidarité de Magog ferme

Le Marché de solidarité régionale de Magog ferme ses portes. Ses... (Photo Facebook)

Agrandir

Photo Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(MAGOG) Le Marché de solidarité régionale de Magog ferme ses portes. Ses administrateurs sont forcés d'admettre qu'ils ont été incapables de faire de leur projet un succès au plan financier.

Cette fermeture survient au terme d'une ultime tentative de relance. Le Marché de solidarité de Magog avait notamment déménagé dans un local plus petit afin de diminuer le coût de son loyer. Il a aussi tenté de diversifier son offre de produits locaux.

« On n'a pas réussi à rendre notre organisme assez rentable, reconnaît Marianne Guillemette, une des administratrices du marché magogois. Les difficultés auxquelles on faisait face avaient été amenées en assemblée et on en avait discuté. Un comité de relance avait été formé, mais on n'a pas eu les résultats attendus. »

Une cinquantaine de producteurs étaient associés à l'organisation magogoise, qui comptait par ailleurs une quarantaine de membres consommateurs. De multiples produits alimentaires étaient rendus disponibles grâce au travail de l'organisme.

Marianne Guillemette révèle que le Marché de solidarité de Magog doit une somme d'argent relativement importante aux producteurs qui travaillaient avec lui.

« Un jour, ça ne fonctionne tout simplement plus de ne pas être rentable, avoue Mme Guillemette. Nos producteurs attendent des sommes qu'on n'est pas capable de leur donner en ce moment. Ça fait déjà un bout de temps que ce n'est pas évident pour nous. On préfère arrêter maintenant plutôt que d'aggraver la situation. »

D'après l'administratrice, « l'offre alimentaire » est très développée à Magog. « Il y a eu une grande évolution de ce côté. La concurrence est forte, en fin de compte, et on en a subi les conséquences. »

Rappelons que, durant les derniers mois, le Marché Gazaille a déménagé dans des locaux beaucoup plus vastes que ceux qu'il occupait jusque-là. Les deux autres supermarchés magogois ont aussi amélioré leur offre de produits locaux au fil des ans.

« C'est décevant de ne pas avoir réalisé nos ambitions, concède Marianne Guillemette. On souhaitait avoir à la fois un impact sur le développement local, faire de l'éducation et jouer un rôle sur le plan environnemental. On a fait de bonnes choses, mais on constate notre échec. »

Le Centre local de développement (CLD) de la MRC de Memphrémagog était prêt à voler au secours de l'organisme magogois, mais la fermeture survient avant qu'il ait pu intervenir. « J'avais été approché. Je savais que leur situation était précaire. On était disposé à leur donner un coup de main », note un représentant du CLD, Jocelyn Jussaume.

Président des AmiEs de la Terre de l'Estrie, David Maurice confie que le Marché de solidarité de Sherbrooke ne roule pas davantage sur l'or. « On est stable, tout en étant un peu sur la corde raide. Heureusement, on a un noyau de clientèle conscientisée qui nous permet de nous maintenir. On espère relancer nos ventes à courte terme », explique-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer