Douce relâche... après un mois de février plus frette que froid

Le redoux de la semaine de relâche a... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

Le redoux de la semaine de relâche a été accueilli avec bonheur par les amateurs de plein air.

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Sherbrooke) Après un mois de février plus frette que froid, le redoux de la semaine de relâche a été le bienvenu pour les amateurs de plein air de la région.

« On a eu une très bonne semaine de relâche! Ça fait deux hivers que je peux dire qu'on a un vraiment bon achalandage. On dépend de la température, donc quand il fait beau (surtout quand il a fait froid tout l'hiver avant), ça nous aide! On a eu du monde à toutes les activités », résumait hier Anne Morin, directrice de la base de plein air André-Nadeau.

Il faut dire que l'endroit en offre pour tous les goûts. Hockey, glissade sur tubes et promenades en raquettes sont des classiques, mais plusieurs étaient venus essayer les sentiers de ski de fond hier.

C'était notamment le cas de Marie-Noël de la Bruère, qui était venue avec son conjoint initier leurs deux enfants de 5 et 10 ans ainsi qu'une de leurs petites amies à ce sport. « On a fait beaucoup de plein air dans la semaine de relâche. Du ski alpin, du patin, de la glissade... c'est bien quand il y a autant de neige », disait la Sherbrookoise avant de partir en randonnée.

Du beau temps

Isabelle Desaulniers est actuellement enceinte. Elle a aussi profité du beau temps pour prendre de l'air, en faisant du ski de fond et de la raquette au mont Élan et à la base de plein air avec son conjoint. Hier, sa mère Colombe Lachance était descendue de Beauce pour skier avec sa fille. « La température était très belle pendant la relâche! » s'entendaient pour dire les deux femmes.

Une option de plus : le véloneige (aussi appelé fat bike) a fait son apparition cette année à Sherbrooke à la base de plein air. « Les vélos ont une bonne popularité, on a des locations à tous les jours. Ç'a répondu à nos attentes, on est vraiment contents », affirmait Mme Morin.

Pour la première semaine de mars, la température moyenne a été de -11 degrés Celsius à Sherbrooke. Si le mercure n'est pas vraiment monté plus haut que le point de congélation pendant cette période, le contraste était significatif par rapport à février, où la moyenne était plutôt de -17 degrés. La température n'était jamais montée plus haut que -3,2 degrés.

Quelques centimètres de neige sont également tombés à Sherbrooke pendant cette période, permettant de conserver un tapis blanc pour la relâche, sans toutefois compliquer les déplacements des automobilistes.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer