Une fête en pleine rue pour Sarah-Ève

En attente d'une greffe de poumons, Sarah-Ève Fontaine... (La Tribune, Christine Bureau)

Agrandir

En attente d'une greffe de poumons, Sarah-Ève Fontaine passe la plupart de son temps à la maison afin de se reposer. Pour ses 20 ans, c'est la fête qui est venue à elle, en pleine rue Ambroise-Dearden. Sa mère Annie Lussier était là elle aussi pour accueillir la vague d'amour.

La Tribune, Christine Bureau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Christine Bureau</p>

(Windsor) La rue Ambroise-Dearden a pris des airs de fête dimanche soir. Ballons à la main, plus de 80 personnes se sont déplacées pour souhaiter « Bonne fête! » à Sarah-Ève Fontaine. La jeune femme atteinte de fibrose kystique a eu 20 ans dimanche.

« C'est une grande vague de solidarité qu'on a. On reçoit des messages d'encouragements et ça fait du bien », assure Annie Lussier. La maman de Sarah-Ève a lancé il y a trois semaines un appel à l'aide sur les réseaux sociaux. Depuis, elle reçoit du soutien de toutes parts.

Hier soir, cette vague de solidarité s'est transformée en une joyeuse marche à travers les rues de Windsor afin de récolter des dons pour Sarah-Ève et sa famille. Des ballons ont été soufflés, des lanternes ont été allumées et de jolies pancartes ont été dessinées en son honneur. « C'est quoi l'expression déjà? Quand la montagne ne vient pas au party, c'est le party qui va à la montagne », a lancé Manon Labrie, présidente du Centre d'action bénévole de Windsor (CAB). C'est cet organisme qui est à l'origine de cette marche et du lave-auto qui avait également lieu hier jusqu'à 23 h. Plusieurs autres activités sont déjà inscrites au calendrier.

«Au départ, Sarah-Ève ne voulait rien de spécial pour sa fête, mais finalement, la journée a été très bonne.»


« On est venu marcher par solidarité. Comme Sarah-Ève ne peut pas se déplacer, on a décidé d'aller vers elle », mentionne Eugénie Cadieux, qui a participé à la marche avec ses deux enfants, Édouard et Clara. Même le chien Shadow était de la partie. Pour Serge Daigneault, Mariette Daudelin et leurs deux garçons, participer à la marche était aussi un « geste de bonheur et d'amour » envoyé à la famille de Sarah-Ève. « On a une grande fille de 20 ans aussi alors c'est sûr que ça nous touche beaucoup cette histoire », souligne Mme Daudelin.

Et en retour, Sarah-Ève est elle aussi touchée par tous ces gestes de solidarité qu'elle reçoit. « Il y a beaucoup de gens qui entrent en contact avec moi, des gens de Sherbrooke ou d'ailleurs. Ils m'écrivent pour me faire part de leurs encouragements. C'est là qu'on voit qu'il y a des gens qui sont vraiment sensibles à mon histoire », explique-t-elle.

Dans un coin de la chambre, elle a d'ailleurs rangé toutes les lettres reçues au cours des dernières semaines. Presque trois boîtes bien pleines, dont une entièrement remplie de lettres écrites par des élèves de Saint-Hyacinthe. Du réconfort sur papier pour la jeune femme, qui doit passer beaucoup de temps à la maison. En attente d'une greffe de poumons, elle se doit d'emmagasiner un maximum d'énergie, même si le Jour J pourrait prendre encore deux ans avant d'arriver. Heureusement qu'il y a les petits bonheurs du quotidien.

« Au départ, Sarah-Ève ne voulait rien de spécial pour sa fête, mais finalement, la journée a été très bonne. Elle a eu une belle énergie », sourit sa maman.

Pour aider financièrement la famille de Sarah-Eve : http://www.yoyomolo.com/le-fond-sarah--eve-fontaine

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer