Wotton échoue à justifier sa hausse de taxes

Sans grande surprise, une salle bondée d'environ 200 personnes attendait les... (La Tribune, Yvan Provencher)

Agrandir

La Tribune, Yvan Provencher

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yvan Provencher
La Tribune

(Wotton) Sans grande surprise, une salle bondée d'environ 200 personnes attendait les élus de Wotton, jeudi soir, venus justifier le nouveau budget et la hausse moyenne de 26 % des comptes de taxes expédiés aux contribuables. Cette facture salée s'explique par une hausse importante des évaluations foncières au nouveau rôle triennal, sans que les élus aient ajusté à la baisse le taux de taxation, comme les municipalités le font généralement pour étaler la charge financière sur quelques années.

D'entrée de jeu, la mairesse Katy St-Cyr a affirmé qu'elle et son conseil étaient conscients que leur décision allait provoquer de vives réactions, que plusieurs seraient frustrés et déçus. « Toutefois, je et nous assumons notre décision. Elle ne changera pas, mais nous comptons pour le moins faire en sorte que tous soient bien informés de ce qui nous a amenés à la prendre. »

Elle a ensuite cédé la parole à l'évaluateur de la municipalité, Claude Lavoie, qui a expliqué les tenants et aboutissants relatifs au processus d'évaluation des propriétés réalisé au cours des derniers mois.

La mairesse a dans un second temps entrepris d'expliquer ce qui a motivé leur décision relativement au taux de taxation. Faisant une brève présentation des services et infrastructures disponibles pour la population d'approximativement 1450 habitants, elle a ensuite déploré l'absence d'une réserve financière qui aurait été fortement utile lors de la confection du dernier budget.

Les explications données sur le budget, considérant les revenus et les dépenses au montant de 2 211 350 $, n'ont pas réussi à calmer une bonne partie de l'auditoire, bien que toutes les hausses aient été expliquées et que la diminution des transferts du gouvernement du Québec ait été prise en compte.

C'était somme toute une mission impossible pour les élus, puisque le mécontentement était visiblement trop grand dans la communauté et l'auditoire.

Dans la période de questions et commentaires, plusieurs intervenants ont fait des suggestions de coupures ou d'économies de dépenses, ont déploré un manque de transparence et d'expérience des élus et ont présenté l'administration comme vivant au-dessus de ses moyens. L'étalement des paiements de quatre à six versements a été demandé.

Un citoyen, Michel Champoux, est par ailleurs venu déposer une pétition de 560 personnes invitant les élus à une nouvelle réflexion sur un ajustement du taux de taxation de 1,20 à 1,09 $ du 100 $ d'évaluation.

Même si les citoyens ont visiblement du mal à digérer leur décision, les élus n'ont pas semblé ébranlés.

La Tribune a également appris que des plaintes formelles de citoyens avaient été adressées au ministère des Affaires municipales, dont le bureau régional fera une vérification. Ce nouvel élément n'a pas été soulevé lors de l'assemblée publique d'information.

«Je et nous assumons notre décision. Elle ne changera pas, mais nous comptons pour le moins faire en sorte que tous soient bien informés de ce qui nous a amenés à la prendre. »

La mairesse katy st-cyr

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer