Cascades: bonne nouvelle et avenir incertain à East Angus

Une rencontre qui s'est déroulée entre la municipalité d'East Angus et les... (Archives La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Archives La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Christine Bureau</p>

(East Angus) Une rencontre qui s'est déroulée entre la municipalité d'East Angus et les dirigeants de Graphic Packaging, nouvel acquéreur de la cartonnerie Cascades,  a semblé rassuré les deux parties.

«La première des choses que Graphic Packaging veut faire, c'est de consolider son carnet de commandes et l'autre chose, c'est qu'ils regardent pour un autre grade de carton qu'ils font ailleurs et qu'ils développeraient ici », a mentionné le maire d'East Angus, Robert Roy.

Les dirigeants de Graphic Packaging, une compagnie américaine, ont aussi profité de leur visite dans la région pour évaluer le bâtiment de l'usine et les équipements.  « Il y a de l'investissement à faire, ça ils le savent. Là, ils doivent évaluer tous les coûts à venir », explique-t-il.

Même si le but de la rencontre était de savoir ce que l'entreprise réservait pour son usine d'East Angus, le maire, qui était accompagné de son directeur général et d'un représentant du Centre local de développement (CLD), tenait surtout à lui montrer que « la ville d'East Angus est là et qu'elle ne lâchera pas ».

« J'ai eu une rencontre avec le ministre de l'Économie, Jacques Daoust [...] et ce que j'ai dit à Graphic Packaging, c'est que le gouvernement était prêt à les accompagner pour les aider quand viendrait le temps d'investir. Ils étaient très contents de ça », poursuit-il.

Démolir

L'avenir de la papeterie d'East Angus, qui appartient à Cascades, semble toutefois moins certain. « Je sais qu'ils pensaient la démolir s'ils ne trouvaient pas preneur », note Robert Roy, qui ignore justement si l'usine a trouvé preneur.

Malgré l'incertitude, la Ville a néanmoins demandé une chose à Cascades. « Ce qu'on leur a dit, c'est que si vous optez pour l'option de la défaire, on voudrait le savoir parce qu'on voudrait l'aménager pour créer un terrain vert à des fins récréatives », souligne Robert Roy.

« Peut-être qu'à un moment donné il faut faire son deuil et passer à d'autre choses, poursuit-il. On a encore le carton, on a encore d'autres usines. On a la chance d'être à la proximité d'un grand centre. »

 Et les autres terrains ?

Le conseil municipal doit également décider de ce qu'il adviendra du terrain de golf d'East Angus. Cascades leur a proposé de le reprendre, mais la Ville dit ne pas savoir pour le moment quelles modalités entoureraient la transaction.

« On n'a pas encore pris de décision et on ne veut pas prendre de décision rapide. Oui, c'est important pour nous le terrain de golf, mais avant de prendre une décision, il faut évaluer le tout », fait valoir le maire. Rien à craindre toutefois du côté de la saison de golf 2015, qui n'est pas en péril.

Le sort de tous les autres terrains qui appartiennent à Cascades reste également à décider. Certains terrains seront vendus, tandis que le Parc des deux Rivières a été cédé à la municipalité, confirme M. Roy.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer