Cri du coeur de femmes de la MRC des Sources

C'est un S.O.S. pour éviter une rupture de... (La Tribune, Yvan Provencher)

Agrandir

C'est un S.O.S. pour éviter une rupture de services aux femmes de la MRC des Sources que lancent Caroline Payer de FamillAction, Sophia Cherrat et Marie-André Dupont du Centre des Femmes du Val-Saint-François.

La Tribune, Yvan Provencher

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yvan Provencher
La Tribune

(Asbestos) Après trois ans et demi de services et d'activités offerts aux femmes de la MRC des Sources, le partenariat unissant l'organisme FamillAction et le Centre des femmes du Val-Saint-François prendra fin le 6 mars prochain, à moins d'un sauvetage, et ce, faute de nouveau financement gouvernemental.

Depuis 2013, ce sont 53 femmes qui ont bénéficié du service d'aide individuelle, totalisant 223 heures de rencontres. Ont également eu lieu à Asbestos 27 activités de groupe totalisant 108 rencontres, 252 heures d'activités et 263 présences. Cette initiative originale avait été saluée en 2014 lors de la remise des prix Excellence du Ministère de la Santé et des Services sociaux, désignée comme lauréate estrienne dans la catégorie « Partenariat ».

Depuis plusieurs années, les statistiques concernant les femmes de la MRC des Sources révèlent les réalités difficiles de plusieurs d'entre elles particulièrement en ce qui a trait au taux de pauvreté, de grossesses adolescentes, de violence conjugale et d'agressions sexuelles. Il s'agit de la seule MRC de l'Estrie qui dépasse la moyenne québécoise au chapitre de la monoparentalité féminine. Depuis 2011, plusieurs femmes en détresse ont bénéficié des activités et services pour des difficultés reliées à une faible estime de soi et un manque d'affirmation d'elles-mêmes, des problèmes relationnels, de la violence particulièrement aux plans psychologique, verbal et économique, anxiété et dépression et, de façon plus marquée depuis l'automne dernier, de dépendances et de risques suicidaires. C'est un cri du coeur, un S.O.S. pour éviter cette rupture de services que lancent Caroline Payer de FamillAction, Marie-André Dupont et Sophia Cherrat du Centre des Femmes du Val-Saint-François. Plusieurs femmes ayant eu recours aux services de ce partenariat d'intervention sociale sont venues les appuyer et livrer des témoignages bien sentis.

Parmi elles, Johanne qui considère les interventions du Centre très importantes. « C'est un endroit où on m'aide à garder mon équilibre mental. Les médicaments ne font qu'engourdir notre souffrance, venir ici nous aide à nous en libérer. » Pour Julie, « nous perdons un service de première ligne, un soutien immédiat à un besoin réel que nous avons. Je m'y suis senti compris, sans ce soutien, les conséquences seront graves. »

Une seconde Johanne, qui vivait des moments très difficiles, s'est rendu compte qu'elle n'était pas la seule ainsi affligée. « J'ai pu partager avec d'autres femmes ce que je vivais, mes sentiments, ma souffrance, tout cela dans le respect, sans jugement ».

Une participante a ainsi résumé la situation : « Il se vit énormément de détresse dans notre MRC, des difficultés qui affectent également souvent les proches de ces personnes en difficultés. Le besoin de soutien est criant. Il est temps que le relais soit pris pour la poursuite de ce service et son financement récurant. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer