Retraite méritée pour un restaurateur

Maurice Batrie est propriétaire du restaurant Chez Maurice... (La Tribune, Jean-François Gagnon)

Agrandir

Maurice Batrie est propriétaire du restaurant Chez Maurice à Ayer's Cliff.

La Tribune, Jean-François Gagnon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(AYER'S CLIFF) Durer dans le domaine de la restauration n'est réellement pas chose facile. Rares sont donc les restaurateurs qui, comme Maurice Batrie, peuvent se vanter d'exploiter un même restaurant depuis 40 ans ou plus.

Situé à l'angle des rues Tyler et Main à Ayer's Cliff, le restaurant Chez Maurice a accueilli ses premiers clients en 1975. Son propriétaire a réussi à tenir le fort durant toutes ces années, mais il s'apprête à céder sa place bientôt.

« Mon resto a ouvert le premier soir de l'Exposition agricole d'Ayer's Cliff en 1975, raconte Maurice Batrie, qui était âgé de 28 ans à l'époque. Ça a marché dès le départ. »

Dans les années qui ont suivi la naissance de Chez Maurice, la compétition est toutefois devenue particulièrement vive à Ayer's Cliff dans le domaine de la restauration. « Vers 1978-1980, il y avait plus de 10 restaurants et auberges avec salle à manger dans le village. On ne faisait pas beaucoup d'argent, mais je suis malgré tout passé à travers », explique M. Batrie.

Une dizaine d'années plus tard, Chez Maurice a été agrandi, puis sa superficie est demeurée inchangée jusqu'à aujourd'hui. Un peu plus de 50 clients peuvent s'asseoir à l'intérieur. Au départ, le menu de Chez Maurice ne comportait pas autant de plats. « C'était plus une nourriture de cantine. J'ai commencé à offrir de la pizza et plus de repas du jour par la suite. Les goûts de la clientèle ont changé et il a fallu s'adapter. »

Des noms connus sont par ailleurs déjà débarqués dans le restaurant de Maurice Batrie. « Dans un article, la journaliste Nathalie Petrowsky a écrit que je faisais les meilleurs clubs sandwichs des Cantons-de-l'Est. Et le comédien Serge Postigo, dans le temps qu'il habitait la région avec Marina Orsini, est venu ici avec une équipe de télévision », souligne le restaurateur.

Travaillant encore quelque 70 heures par semaine, M. Batrie confie être fatigué. « J'ai fait ma part, je pense. Ça me fait de la peine de vendre, mais il faut que je pense à me reposer », dit-il.

Chez Maurice fermera pendant un court moment dans les semaines à venir. Son futur propriétaire aurait l'intention d'effectuer des rénovations avant d'en rouvrir les portes. Une partie du menu devrait être préservé en dépit du changement de propriétaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer