Persévérance scolaire: «Le courage croît lorsqu'on ose»

Les coprésidents de la TECIE, Christian Provencher et... (Imacom, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Les coprésidents de la TECIE, Christian Provencher et Lucie Laflamme, ont pris part au lancement des Journées de la persévérance scolaire (JPS) de l'Estrie, lundi, aux côtés de Marie-Andrée Fortin, ambassadrice des JPS, et Josiane Bergeron, coordonnatrice du projet PREE.

Imacom, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Avec ses confrères, elle a parcouru quelque 2200 km en ski de fond, entre Montréal et Kuujjuaq, l'an passé. Lorsqu'elle jase de persévérance, Marie-Andrée Fortin sait donc de quoi elle parle. La seule femme des Karibu avait par le fait même le profil parfait pour assumer les fonctions d'ambassadrice des Journées de la persévérance scolaire en Estrie (JPS) 2015, qui ont pris leur envol lundi.

« Le courage croît en osant et la peur en hésitant », dit un proverbe. Des citations comme celle-là, Marie-Andrée Fortin en avait un plein carnet lors de son expédition, confié par sa mère à son départ de Montréal pour son long périple. En conférence de presse hier, elle a invité les adultes, parents et professeurs entre autres, à encourager leurs jeunes dans leurs projets.

L'expédition a beau être terminée depuis le printemps dernier, la jeune femme originaire de Richmond va encore à la rencontre des jeunes. Elle se sert de son histoire pour allumer une étincelle auprès des élèves : susciter des passions, et les inciter au mode « solution » et « persévérance ».

Depuis janvier, Marie-Andrée Fortin travaille comme entraîneuse de ski de fond auprès de jeunes de Kuujjuaq.

Décrochage en baisse

En Estrie, le taux moyen de décrochage était de 21 % pour la période 2009-2012; la moyenne de trois ans était de 26 % en 2005-2008.

Le taux de diplomation est en augmentation : il est passé de 67,5 % en 2010 à 74 % en 2013.

Si la situation s'est améliorée dans la région, un élève sur cinq quitte l'école sans diplôme ou qualification. Un jeune sans diplôme a plus de chance de vivre des périodes de chômage et d'avoir des troubles de santé, a indiqué Lucie Laflamme, vice-rectrice aux études à l'Université de Sherbrooke et coprésidente de la Table estrienne de concertation interodres en éducation (TECIE) soulignant du même coup l'importance de continuer la mobilisation.

La TECIÉ et le Projet Partenaires pour la réussite éducative en Estrie (Projet PRÉE) ont lancé hier officiellement la sixième édition des JPS en Estrie, qui se déroulent toute la semaine. L'objectif est de mobiliser toute la région pour la réussite des jeunes estriens. Près de 300 activités sont déployées dans toute la région. De plus, le site Encourageons-les.com et l'application mobile l'Adogotchi ont été mis en ligne afin de permettre « aux adultes significatifs » de partager leurs idées pour soutenir les jeunes.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer