Funérailles de la famille Okenge: une cérémonie à peu de frais

Jean-Claude Okenge... (Photo fournie)

Agrandir

Jean-Claude Okenge

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Jean-Claude Okenge a peut-être perdu l'essentiel de sa famille, au moins, il ne sera pas obligé de s'endetter afin de leur rendre un dernier hommage. La Coopérative funéraire J.N Donais a accepté d'assumer la quasi-totalité des frais reliés aux funérailles de sa femme, Berthe, et de ses enfants, Flavien et Julien.

Cette intervention sera fort appréciée, d'autant plus que les trois victimes n'étaient pas couvertes par des assurances vie et que les 3000 $ amassés par le Regroupement interculturel de Drummondville (RID) depuis le drame du 30 janvier seraient insuffisants pour défrayer les obsèques.

Sans établir une valeur précise, J.N. Donais entend assumer les frais reliés à l'exposition et à la cérémonie afin que l'argent qui sera amassé par le RID puisse servir à rapatrier les dépouilles au Tchad.

« C'est un drame »

Homme de peu de mots, le pasteur qui célébrera les funérailles des Okenge samedi à 13 h, Jonathan Bersot, s'est entretenu brièvement avec La Tribune. Il a d'abord mis au clair que son Église ne cherchait pas de visibilité et ne tenait pas à revenir sur les événements qui ont coûté la vie de la mère et de ses deux enfants.

« On est là pour rendre service, c'est dans notre nature de venir en aide aux gens dans des moments difficiles comme ceux-là, affirme-t-il. C'est un drame que cet homme vit et nous sommes là pour le soutenir ».

M. Bersot s'attend à des funérailles courues et très solennelles. Elles se démarqueront des autres cérémonies en raison de la nature du drame et sa médiatisation.

Le pasteur Bersot est le doyen de l'Institut Biblique du Québec depuis 2011. Il est titulaire d'une maîtrise en théologie de l'Université de Montréal ainsi que d'une maîtrise en éducation de l'Université Paris La Sorbonne.

La Ville de Drummondville informe, par ailleurs que le père de la famille Okenge désire offrir des funérailles privées aux siens. Pour ce faire, aucune caméra, appareil photo, ni enregistreur ne sera accepté dans l'église lors de la cérémonie, non plus pendant les visites qui se dérouleront de 10 h à 12 h 45. Il en va de même pour l'utilisation de téléphones intelligents.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer