L'Observatoire du Mont-Mégantic: «Notre Tour Eiffel»

L'incertitude générée par l'annonce, hier matin, de la fermeture possible de... (Photo fournie)

Agrandir

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(LAC-MÉGANTIC) L'incertitude générée par l'annonce, mercredi matin, de la fermeture possible de l'Observatoire du Mont-Mégantic (OMM), dès le 1er avril prochain, n'aura pas duré 24 heures finalement. Mais elle aura amplement eu le temps d'inquiéter les acteurs du milieu touristique et politique de la région du Granit.

René Doyon... (Archives La Tribune) - image 1.0

Agrandir

René Doyon

Archives La Tribune

Le directeur de l'OMM, René Doyon, trouvait catastrophique de se retrouver au même point qu'en 2009. Jusqu'à hier en fin d'après-midi, le bureau du ministre Paradis restait muet, malgré les demandes répétées du conseil d'administration de l'organisme qui était à la recherche de financement depuis de nombreux mois. Une mobilisation régionale, d'ailleurs, s'organisait, comme en 2009, car l'OMM se retrouvait dans la même situation qu'à l'époque où le Conseil de recherche en sciences naturelles et en génie (CRSNG) avait amputé la subvention statutaire de l'OMM, à cause de nouveaux critères imposés par le gouvernement conservateur de Stephen Harper.

« Nous avons essayé d'éviter de sortir publiquement avec ce manque de financement. M. Christian Paradis a eu toutes les chances d'éviter la tourmente médiatique. Mais il était minuit moins une et personne ne réagissait. Les Universités (NDLR : Laval et de Montréal) nous supportent depuis 40 ans. Elles ne peuvent pas assumer toutes seules le financement de l'Observatoire. Il faut absolument l'implication du fédéral, car l'Observatoire a un impact national et même international. Il sert adéquatement toute la communauté scientifique canadienne... », assure M. Doyon, qui mentionne qu'il se met « tout de suite en campagne pour savoir ce qui va se passer dans deux ans. »

«Si l'Observatoire fermait, cela aurait fait une très grosse différence.»


L'importance de l'OMM pour la région de Mégantic, sur le plan touristique notamment, n'est plus à démontrer.

« Le tourisme n'aurait plus été le même. Si l'Observatoire fermait, cela aurait fait une très grosse différence. C'est le prétexte premier pourquoi les visiteurs viennent dans notre région. Cela aurait fait changer leur destination. Pour les municipalités autour, le va-et-vient n'aurait pas été le même, car c'est l'attrait majeur de la région, comme notre Tour Eiffel, peut-on dire! » déclare la préfet de la MRC du Granit, Marielle Fecteau.

Pour Pierre Goulet, directeur général du Parc national du Mont-Mégantic, le vocation du parc, qui mise grandement sur l'aspect scientifique fourni par l'OMM, aurait pu changer.

« Les activités du parc n'auraient pas été compromises, advenant la fermeture, mais cela aurait eu un grand impact sur la profondeur de la mission scientifique, car l'Observatoire constitue un programme extraordinaire en vulgarisation en astronomie, par sa vocation en recherche et en enseignement supérieur. Ça aurait été dommage de perdre, dans la région, l'observatoire le plus performant au Canada et en Amérique du Nord et un centre de développement technologique unique », confie M. Goulet.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer