L'Observatoire du Mont-Mégantic fermera ses portes

L'unique observatoire scientifique universitaire du Canada va devoir fermer ses... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

L'unique observatoire scientifique universitaire du Canada va devoir fermer ses portes et mettre fin à ses programmes d'études spatiales en raison des coupes budgétaires du gouvernement, a annoncé mercredi à l'AFP son directeur.

Ouvert en 1978 à 250 km de Montréal, près de la frontière avec les Etats américains du New Hampshire et du Maine, l'observatoire du Mont-Mégantic (OMM) va cesser ses activités le 1er avril, a déploré son directeur René Doyon, professeur au département de physique de l'université de Montréal.

«Nous n'avons plus de financement pour opérer l'observatoire», a-t-il résumé, expliquant que le gouvernement fédéral n'avait pas reconduit une subvention de 500 000 dollars, représentant 50% du budget annuel de fonctionnement.

Les astronomes canadiens ont bien cherché à alerter Ottawa de la situation, mais «le gouvernement n'a pas donné suite à nos requêtes», a regretté M. Doyon.

Situé à 1100 m d'altitude, l'OMM est le seul observatoire de la côte Est nord-américaine. Il dispose d'un des télescopes les plus polyvalents de la planète et accueille toute l'année des chercheurs canadiens, européens et américains, notamment.

«C'est le seul observatoire universitaire en fonctionnement au Canada!», a souligné son directeur, notant que plusieurs planètes avaient été découvertes grâce à ses infrastructures.

Situé dans une région peu peuplée du Québec, l'OMM avait créé en 2009 la première «réserve de ciel étoilé» du monde en réduisant drastiquement la pollution lumineuse dans une surface alentour de 5500 km2. Cette initiative avait inspiré d'autres observatoires, dont celui du Pic du Midi, dans les Pyrénées françaises.

Décidé à retrouver l'équilibre budgétaire à quelques mois des élections législatives, le gouvernement conservateur de Stephen Harper est engagé dans un programme de réduction sévère de la taille de l'Etat fédéral, qui avait notamment entraîné il y a un an la fermeture d'une dizaine de bibliothèques scientifiques spécialisées dans la vie marine.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer