Le parc de la Rivière-Chaudière complété

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(LAC-MÉGANTIC) La Ville de Lac-Mégantic va de l'avant avec un projet d'amélioration de la qualité du parc de la Rivière-Chaudière. Elle prévoit que les travaux s'échelonneront jusqu'en juillet prochain.

Éstimé à 66 783 $, cette phase III du projet se réalisera par l'extension du réseau pédestre longeant la rivière, par l'installation de panneaux d'interprétation et par des aménagements forestiers. Elle bénéficie d'une aide substantielle de 33 607 $ de la part de la Conférence régionale des élus (CRÉ) de l'Estrie, par le biais de son Programme de développement régional et forestier (PDRF), et par une contribution de la Croix-Rouge, d'une somme de 33 176 $, provenant de son fonds réservé à la reconstruction du milieu de vie de la communauté.

C'est que plusieurs petits sentiers de véhicule hors route ont été aménagés, en bordure de la piste cyclable longeant la rivière Chaudière, afin d'accéder au cours d'eau, en urgence, à la suite de la tragédie survenue au centre-ville méganticois le 6 juillet 2013. Ces petits sentiers visaient à faciliter l'accès à la rivière afin de procéder à la décontamination à la suite du déversement pétrolier.

Le projet actuel prévoit donc l'aménagement de deux de ces vestiges de sentiers, en les rendant permanents, pour permettre au public d'accéder ainsi à des points de vue exceptionnels sur la rivière Chaudière. On y installera également du mobilier urbain qui agrémentera la randonnée des passants, qui pourront ainsi contempler davantage ces milieux remarquables.

Le reboisement de certaines superficies en épinettes et en pins blancs fournira aux oiseaux des supports de nid, des refuges, des abris d'hiver et de la nourriture pour plusieurs espèces, dont les martinets ramoneurs, qui constituent une préoccupation constante, depuis la disparition de certaines infrastructures qui leur facilitaient l'existence, comme le clocher de l'ancienne église Notre-Dame-de-Fatima, démolie à Lac-Mégantic, en 2014. Ces aménagements pourraient ainsi littéralement leur reconstruire un milieu de vie. Il s'agit de 16 hectares de boisé qui seraient ainsi restaurés, entre autres grâce à 6500 plants d'arbustes à baies d'été, d'automne ou persistants l'hiver, et d'arbres pour améliorer le site pour les oiseaux.

Par ailleurs, quatre panneaux d'interprétation sur l'utilisation de nichoirs et sur les aménagements forestiers pour la faune aviaire seront installés dans le cadre de cette 3e phase. Le parcours est déjà parsemé de neuf panneaux d'interprétation, ce qui en portera le total à 13. Les phases I et II avaient consisté en l'aménagement de la piste cyclable, jusqu'au bout de la rue Villeneuve, près de l'usine de Tafisa Canada, et d'un sentier pédestre principal pour le Parc de la Rivière-Chaudière, réalisés durant les années passées, en marge de la construction du Centre sportif Mégantic.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer