Du Michel-Marc Bouchard sur scène

La distribution de Pierre, Marie... et le démon... (Photo fournie)

Agrandir

La distribution de Pierre, Marie... et le démon réunit Jean-Léon Rondeau, Frédéric Blanchette, Nicolas Gendron, Jean-Philippe Baril-Guérard, Jean-Bernard Hébert, Debbie Lynch-White et Marie-Ève Pelletier.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(KINGSEY FALLS) Le Théâtre des Grands Chênes de Kingsey Falls présentera cet été la pièce Pierre, Marie... et le démon, une comédie signée Michel-Marc Bouchard.

Créée au tournant du millénaire pour le Théâtre de Rougemont, la pièce s'est promenée dans quelques théâtres d'été depuis. L'auteur de Tom à la ferme et des Feluettes a accepté d'en faire une nouvelle mouture afin d'offrir une pièce au goût du jour. « On a de la chance que, près de 20 ans plus tard, M. Bouchard ait accepté de revisiter la pièce. On attend le nouveau texte au cours des prochains jours », affirme le metteur en scène Nicolas Gendron.

Pierre, Marie... et le démon raconte l'histoire d'un couple de gens riches qui n'est pas accoutumé à faire la fête. Au lendemain d'une soirée bien arrosée visant à célébrer une promotion du mari, l'homme et la femme se réveillent au lit avec une troisième personne. S'ensuit une remise en question du couple, qui tente de se remémorer ce qui a bien pu se passer la veille.

« On peut s'attendre à un humour tendre, fin et articulé. Il ne donne pas dans la vulgarité ou dans la sexualité. Il origine de malentendus et de sous-entendus. Les personnages n'hésitent pas non plus à utiliser l'autodérision », ajoute M. Gendron.

Frédéric Blanchette (19-2, Tu m'aimes-tu?) tiendra le rôle du mari, alors que Marie-Ève Pelletier (Trauma, 4 ½) interprétera celui de son épouse. Originaire de Victoriaville, Jean-Philippe Baril-Guérard (Alors on jase, Toute la vérité) personnifiera quant à lui le démon.

De IPL à bouffon

« J'ai eu l'occasion de voir Jean-Philippe pour la première fois alors qu'il n'avait que 16 ans. Il avait un rôle au théâtre de Rita Lafontaine à Ham-Sud. Nous sommes demeurés amis depuis », raconte le metteur en scène.

Les fidèles d'Unité 9 auront l'occasion de découvrir Debbie Lynch-White sous un nouveau jour. Celle qui incarne une vilaine IPL au petit écran aura la tâche de faire rire le public au retour de l'entracte. « Elle jouera un peu le rôle du bouffon au cours de la deuxième partie. Les gens qui ne la connaissent que par Unité 9 risquent d'être surpris, c'est une fille vraiment drôle », assure Nicolas Gendron.

Le coproducteur de la pièce, Jean-Léon Rondeau (Les beaux malaises, Taxi 0-22), complète la distribution.

Au total, on prévoit une vingtaine de représentations s'échelonnant du 4 juillet au 22 août.

En faisant confiance à Nicolas Gendron, Jean-Léon Rondeau et Jean-Philippe Baril-Guérard pour mener à bien la pièce de cet été, Jean-Bernard Hébert, propriétaire du théâtre, fait place aux talents locaux comme jamais auparavant. Il voit, entre autres, beaucoup de potentiel dans le jeune Gendron qui en sera à sa deuxième expérience de mise en scène, lui qui a monté une adaptation de... et au pire on se mariera, au Théâtre Prospero, l'automne dernier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer