Un vote sans gaieté de coeur à St-François

La Clinique médicale des Papetiers refusait jusqu'à hier... (La Tribune, Christine Bureau)

Agrandir

La Clinique médicale des Papetiers refusait jusqu'à hier des résidants de St-François-Xavier-de-Brompton. À l'exception de deux conseillers, le conseil municipal a voté hier en faveur de lui verser une aide de près de 11 500 $, un vote qui laisse un « goût amer », selon le citoyen René Lapierre.

La Tribune, Christine Bureau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Christine Bureau</p>

(Saint-François-Xavier-de-Brompton) Bien qu'elle soit ouverte depuis l'automne, ce n'est que depuis lundi que les Tomcodois ont droit de recourir aux services de la Clinique médicale des Papetiers, à Windsor.

« Hier matin, il y a eu une rencontre entre l'une des copropriétaires de la clinique et une partie du conseil municipal de Saint-François et la clinique est revenue sur sa position. Elle a déclaré qu'elle allait accepter nos patients, que la municipalité verse une contribution ou non », explique le conseiller municipal Adam Rousseau.

Le conseil municipal de Saint-François-Xavier-de-Brompton a néanmoins voté lundi soir en faveur de verser une aide financière de 11 500 $ à la clinique médicale.

Les municipalités de Val-Joli, Windsor et Saint-Claude ont versé 95 000 $ l'an dernier à la clinique. Lors de son ouverture, il était prévu que la clinique desserve la région de Windsor, incluant Saint-François-Xavier-de-Brompton.

Or, des dizaines de Tomcodois se sont vus refuser l'accès à un médecin de la Clinique des Papetiers depuis son ouverture, dénonce Adam Rousseau.

« On a une liste de plus de 40 personnes qui ont appelé et qui se sont fait refuser un rendez-vous. J'ai moi-même fait l'exercice », souligne le conseiller municipal.

Ce dernier refuse de parler au nom de la clinique en disant ce qui les a fait changer d'idée, mais il assure avoir entendu hier « un tout autre son de cloche de leur part ».

Au cours de la fin de semaine, le ministre de la Santé Gaétan Barette a fait valoir que la situation était inacceptable. Le ministère de la Santé a ouvert une enquête sur ce dossier et selon le maire, de hauts fonctionnaires ont téléphoné lundi à la Corporation de regroupement médical de Windsor et périphérie, propriétaire de la Clinique des Papetiers.

Une somme de 11 437 $

Malgré la décision de la clinique d'accepter ses résidants, le conseil municipal de Saint-François a tenu à se prononcer sur la question de l'aide financière à verser, un vote auquel une quinzaine de Tomcodois ont assisté. Au final, la plupart étaient contre le principe, mais préféraient payer l'aide financière demandée sous prétexte qu'« on est rendu là ».

« C'est sûr que de prime abord, c'est un peu gênant pour ne pas dire honteux de financer une entreprise appartenant à des professionnels plus riches que vous et moi. D'un autre côté, considérant que ce n'est pas illégal, que ce n'est pas récurrent, [...] je pense que la municipalité se doit de prendre en considération d'abord le bien de ses citoyens », a fait valoir Jean-Claude Guimond.

Avant le vote, le maire Claude Sylvain s'est lui aussi exprimé en ce sens. « Je ne suis pas d'accord [...], mais je pense à vous autres », a-t-il lancé aux gens dans la salle. Malgré ce qui apparaît comme une nécessité, le vote a néanmoins laissé un goût « amer » à René Lapierre. « On se sent piégés. J'ai l'impression qu'on vient de créer un précédent », soupire-t-il.

Les 11 437 $ payés par Saint-François-Xavier doivent servir à acheter de nouveaux équipements. Seuls les conseillers Adam Rousseau et Manon Jolin s'y sont opposés. Pour M. Rousseau, ce n'est pas aux municipalités de financer ce qu'il considère comme une « entreprise autonome ». De plus, aucune place n'est réservée aux résidants de Saint-François, déplore-t-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer