Les résidants de St-François admis à la Clinique médicale des Papetiers

La Clinique médicale des Papetiers à Windsor est ouverte depuis l'automne... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Christine Bureau
La Tribune

(Saint-François-Xavier-de-Brompton) La Clinique médicale des Papetiers à Windsor est ouverte depuis l'automne dernier, mais ce n'est que depuis lundi matin que les résidants de Saint-François-Xavier-de-Brompton ont le droit de recourir à ses services.

« Ce matin, il y a eu une rencontre entre l'une des copropriétaires de la clinique et une partie du conseil municipal de Saint-François et la clinique est revenue sa position. Elle a déclaré qu'elle allait accepter nos patients, que la municipalité verse une contribution ou non », se réjouit le conseiller municipal Adam Rousseau.

À l'ouverture de la Clinique des Papetiers l'automne dernier, les municipalités de Val-Joli, Windsor et Saint-Claude avaient annoncé une contribution financière de 95 000 $.  Il était alors prévu que la clinique desserve la région de Windsor, incluant Saint-François-Xavier-de-Brompton.

Or, des dizaines de citoyens se sont vus refuser l'accès à un médecin de la clinique des Papetiers, dénonce Adam Rousseau.

« On sait qu'ils ont refusé des gens. On a une liste de plus de 40 personnes qui ont appelé et qui se sont faits refuser un rendez-vous. J'ai moi-même fait l'exercice », souligne le conseiller municipal.

Il se dit aujourd'hui « extrêmement satisfait » de la décision de la direction de la Clinique des Papetiers. Cette clinique, ouverte à l'initiative du Dr Marc Pruneau, regroupe aujourd'hui cinq médecins de famille.

« Je ne peux pas parler en leur nom et dire ce qui leur a fait changer d'idée ou prendre cette décision, mais ce que je peux vous dire après la rencontre de ce matin, c'est qu'on est rendu avec un tout autre son de cloche de leur part », fait-il valoir.

Débat à venir

Selon le conseiller, le fait de financer une clinique médicale pour des municipalités est légal en vertu de la Loi sur les compétences municipales. Le débat quant à savoir si Saint-François-Xavier-de-Brompton contribuera - ou non - à financer la clinique reste cependant entier.

Le maire Claude Sylvain présentera d'ailleurs ce soir une résolution visant à appuyer une contribution financière de 11 000 $ de la part de la municipalité.

« Il y a des conseillers qui sont toujours en faveur de financer la clinique pour la rendre plus compétitive par l'achat d'équipement et autres. Mais il va y avoir certainement une discussion et un débat parce qu'il y a des élus, dont je fais partie, qui s'opposent à cette vision des choses, qui considèrent que ce n'est pas aux municipalités de financer le système de la santé, que ce soit une clinique ou un hôpital », mentionne-t-il.

Au cours de la fin de semaine, le ministre de la Santé Gaétan Barette a fait valoir que la situation était inacceptable et que le ministère de la Santé a ouvert une enquête. 

 « Très bien, maintenant, quelle est sa solution ? C'est ce qu'on se demande [au conseil municipal] », réplique Adam Rousseau. « On n'a pas encore entendu de solutions concrètes sur le fait que les régions n'ont pas de médecin de famille, qu'elles doivent demander de l'argent aux municipalités pour être compétitives. Ça n'a aucun bon sens. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer