Fermeture de guichets automatiques: «Triste pour le quartier»

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(MAGOG) Ex-candidat à la mairie de Magog et ancien conseiller municipal du district de la Rivière, Michel Bombardier digère mal la décision de la Caisse Desjardins du Lac-Memphrémagog de retirer les deux guichets qu'elle possède en bordure de la rue Saint-David.

« Je trouve ça triste pour le quartier, admet M. Bombardier. Je me demande pourquoi ils n'ont pas parlé de cette fermeture de guichets lors de la dernière assemblée générale de la caisse. On peut comprendre leur désir de rationalisation, mais cette décision est illogique à mon avis. »

Aux yeux de cet ancien conseiller municipal, les deux guichets automatiques situés dans le quartier des Tisserands sont utilisés par de très nombreux membres de la Caisse du Lac-Memphrémagog.

« Les dirigeants de la caisse ont dévoilé publiquement des chiffres qui faisaient leur affaire pour prouver que ces appareils ne sont plus assez utilisés, prétend Michel Bombardier. Mais moi je m'en sers et je sais que des gens qui s'y arrêtent régulièrement. J'aimerais connaître les vrais chiffres. »

Rappelons que la Caisse a récemment indiqué que l'utilisation de ses deux appareils est inférieure à ses attentes. Seulement 216 de ses membres emploieraient exclusivement les guichets de la rue Saint-David.

M. Bombardier souligne par ailleurs que le développement du secteur est de la ville de Magog s'accélère, ce qui à première vue militerait en faveur du maintien des deux appareils. Des centaines de nouvelles habitations seront normalement construites dans cette partie de la ville au cours des prochaines années.

« En plus, ils ont fermé le point de service de Ste-Catherine-de-Hatley récemment. Plusieurs membres qui habitent cette municipalité auraient probablement aimé qu'on conserve les guichets de la rue St-David, qui étaient pratiques pour eux. »

Opinion contraire

Conseiller municipal du district de la Rivière depuis 2013, Steve Robert précise pour sa part que la décision de retirer les deux appareils ne relève nullement du conseil de ville.

Cela dit, M. Robert estime qu'il est sans doute temps de donner une nouvelle vocation au bâtiment dans lequel les deux appareils se trouvent. « Il y a déjà une belle bibliothèque tout proche. Ce serait bien de faire quelque chose d'autre avec cet immeuble », soutient-il.

D'après ce conseiller municipal, les guichets automatiques des institutions financières n'ont plus la même importance aujourd'hui. « Les gens se servent moins de ça maintenant. Par exemple, dans le coin de Venise et d'Omerville, il n'y en a pas et ce n'est pas vraiment un problème », note-t-il.

Mais Steve Robert reconnaît que la décision de la Caisse du Lac-Memphrémagog aura des conséquences négatives pour certaines personnes à mobilité réduite habitant dans le quartier des Tisserands.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer