Greffe de moelle osseuse: une miraculée rend l'âme

Céline Larochelle... (Photo fournie)

Agrandir

Céline Larochelle

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Céline Larochelle est décédée à l'âge de 52 ans, la semaine dernière, près de 26 ans après avoir reçu une greffe de moelle osseuse.

Tim Gaudreau... (Photo fournie) - image 1.0

Agrandir

Tim Gaudreau

Photo fournie

« Ma mère était une première médicale. En 1989, elle a été la première au Québec à recevoir une greffe partiellement compatible », explique le fils de la défunte, Tim Gaudreau, qui se rappelle qu'à l'époque sa mère avait été qualifiée de « miraculée de Sherbrooke » à la une de La Tribune.

La première greffe de moelle osseuse a été effectuée en 1980 au Québec, mais avant Mme Larochelle, celles-ci avaient été pratiquées entre donneurs et receveurs entièrement compatibles.

Atteinte d'une maladie rare, l'anémie aplasique, Céline Larochelle apprend à 26 ans qu'il lui reste deux mois à vivre. « Finalement, elle est restée hospitalisée pendant neuf mois et a reçu environ 760 transfusions sanguines avant de recevoir sa greffe », raconte celui qui avait 6 ans lorsque sa mère a reçu une deuxième vie.

En 1990, grâce à l'émission Le Match de la vie animée par Claude Charron, Céline Larochelle retrouve son donneur, son sauveur : David Lanar, un biologiste de Washington.

Après sa rencontre avec Dr Lanar, Céline Larochelle part travailler pendant quelques années à l'Institut américain de la santé. Elle accompagne des centaines de personnes en attente de greffes, donne des conférences, même au Pentagone, et est honorée, au milieu des années 1990, par nul autre que le président Bill Clinton pour son dévouement.

Son cas est mentionné dans plusieurs ouvrages médicaux et dans une édition du National Geographic de 1994.

« À son retour au Québec, elle a mis sur pied une fondation et une banque de sang indépendante. Elle a aussi continué d'accompagner des gens en attente d'une greffe », raconte le fils unique de Mme Larochelle.

En 1989, la greffe de Céline Larochelle est un succès, mais la Sherbrookoise contracte l'hépatite C lors d'une des nombreuses transfusions reçues préalablement. « À cause de cette contamination, ma mère a souffert récemment d'un cancer du foie, mais elle était guérie. C'est finalement une hémorragie cérébrale qui l'a emportée subitement », raconte Tim, qui était aux côtés de sa mère lorsqu'elle s'est effondrée.

Les 26 années de vie que la greffe de moelle osseuse a offertes à Céline Larochelle lui ont permis de réaliser son plus grand rêve : voir son fils grandir.

« Son rêve de me voir grand et heureux a été exaucé et elle est partie en paix. On a fait plein de voyages. Ma mère était ma meilleure amie. Ma mère a passé sa vie à dire "je t'aime" aux gens et à les prendre dans ses bras. Elle était un petit ange et ne tenait rien pour acquis », confie un fils reconnaissant de ces années partagées.

Actuellement, le Registre canadien contient près de 320 000 donneurs de cellules souches, selon Héma-Québec. À l'échelle mondiale, l'ensemble des registres donne accès à plus de 19 millions de donneurs. Ce nombre augmente continuellement en raison des efforts de recrutement.

Bien connu dans la région, Marc-André Skelling, atteint de la maladie de Hodgking, est toujours à la recherche d'un donneur compatible.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer