Les parents d'Arnaud s'impatientent

Le petit Arnaud... (Archives La Pressse)

Agrandir

Le petit Arnaud

Archives La Pressse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(KINGSEY FALLS) Michel Bertrand et Annie St-Onge commencent à montrer des signes d'impatience. Depuis mercredi qu'ils attendent la confirmation des services de santé afin que leur petit Arnaud puisse être suivi à l'Hôtel-Dieu d'Arthabaska, mais ils sont toujours dans l'ignorance.

« Nous ignorons toujours quel est le plan pour Arnaud. Pour le moment, il doit retourner quatre nuits à l'Hôpital de Montréal pour enfant par semaine. Nous avons la confirmation de l'Agence de santé de Trois-Rivières pour un accompagnement à la maison de 44 heures », explique la mère, inquiète.

44 heures, c'est suffisant pour garder le petit Arnaud au domicile familial de Kingsey Falls pendant quatre jours. Or, pour le moment, la famille ne bénéficie que de 30 heures de service pour l'instant.

« Nous attendons une concrétisation des engagements du Dr (Gaétan) Barrette, nous espérons que des gens se parlent et qu'une solution soit trouvée. Le niveau de stress que toute cette situation met sur notre famille est indescriptible. C'est triste pour nous de s'apercevoir que les enfants comme Arnaud représentent un fardeau pour les gestionnaires de la santé et que nous avons l'impression de devoir négocier pour la sécurité et le développement de notre enfant », ajoute Mme St-Onge, impuissante.

La famille Bertrand bénéficie de l'aide d'une infirmière depuis mardi. Le petit Arnaud célébrera son premier anniversaire de naissance en compagnie de ses parents et ses soeurs avant de reprendre le chemin de la métropole à compter de vendredi, et ce, même si l'expérience a été fort concluante.

On aurait besoin de 16 heures de service supplémentaire pour que l'enfant demeure à la maison en permanence. On souhaite à tout le moins que le suivi à l'hôpital puisse être fait à l'Hôtel-Dieu d'Arthabaska. Depuis la naissance d'Arnaud, en janvier 2014, les parents du bambin ont mis plus de 90 000 km au compteur. Exaspérés, ils ont fait appel au ministre de la Santé et obtenu au moins quelques jours de répit.

Rappelons que le petit Arnaud est victime d'une grave paralysie des cordes vocales qui ont nécessité une trachéotomie, en mai dernier. Bien que son état soit considéré comme stable, il fait l'objet d'une observation constante. Selon les médecins soignants, l'état du garçonnet peut demeurer précaire pendant une période de temps variant entre six mois et cinq ans.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer