L'investiture du PLC est courue dans Compton-Stanstead

Maximilien Roy et Colin Standish... (Photo fournie)

Agrandir

Maximilien Roy et Colin Standish

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

(SHERBROOKE) La course à l'investiture libérale fédérale dans Compton-Stanstead sera chaudement disputée puisque déjà trois candidats sont sur les rangs pour représenter le parti de Justin Trudeau aux prochaines élections.

Outre Marie-Claude Bibeau, qui a fait part de ses visées dans La Tribune de samedi, il y a Maximilien Roy, qui a dévoilé ses intentions en décembre, et Colin Standish, qui a lancé sa campagne en mai dernier.

« C'est excellent, s'exclame l'ex-député du PLC David Price. On espère que ça va être un bel exercice démocratique, comme ç'a eu lieu dans Sherbrooke », où Tom Allen a affronté deux autres candidats dans une première investiture en 30 ans dans la circonscription.

Colin Standish, qui a été le premier à se lancer, voit ses deux adversaires se pointer avec des sentiments partagés puisqu'il arpente la circonscription depuis huit mois.

« J'ai travaillé fort sur ma campagne toute l'année, dit-il. J'ai ramassé 4000 $ en dons et j'ai triplé le nombre de membres dans le comté. J'ai confiance de remporter l'investiture, car j'ai fait beaucoup de choses et je pense que j'ai l'expérience qu'il faut. »

Peu connu dans la communauté francophone, le jeune homme originaire de Cookshire a fait du bruit dans la presse anglophone en tant que militant pour les droits de la personne et l'unité nationale. On l'a tout de même vu au côté de Beryl Wajsman à Tout le monde en parle, en 2013, pour dénoncer le projet de loi 14 du gouvernement Marois visant à renforcer la Charte de la langue française.

M. Standish était de l'équipe de campagne de David Price en 2004, l'année où la circonscription est passée aux mains de la bloquiste France Bonsant, jusqu'à la vague néo-démocrate de 2011. Il a étudié le droit à l'Université Laval et il complète son Barreau.

Maximilien Roy, pour sa part, voit d'un bon oeil la lutte à l'investiture qui se dessine. « J'apprécie la compétition, dit-il, c'est bon pour la démocratie dans le comté et je vais redoubler d'efforts pour me faire élire. »

M. Roy, un ancien directeur du bureau de circonscription de son chef Justin Trudeau, travaille aujourd'hui au cabinet de relations publiques National à Montréal. Il revient régulièrement dans les Cantons-de-l'Est - ses parents sont à Ogden - pour faire campagne. La semaine dernière, il dévoilait l'appui officiel de l'ex-député libéral provincial d'Orford Robert Benoit et il espère avoir de nouveaux appuis « importants » à annoncer bientôt.

Marie-Claude Bibeau, rappelons-le, est directrice du Musée de la nature à Sherbrooke et conjointe du maire Bernard Sévigny. Elle est très impliquée dans la communauté de Compton.

William Hogg, enfin, qui a défendu les couleurs du PLC dans Compton-Stanstead aux deux dernières élections, a précisé à La Tribune qu'il ne faisait plus de politique fédérale depuis 2011.

La date de l'investiture dans Compton-Stanstead n'est pas encore arrêtée, mais on s'attend à ce qu'elle ait lieu en avril, pour être prêt si jamais le gouvernement de Stephen Harper déclenchait des élections hâtives.

Il n'a pas été possible de joindre des responsables de l'association locale du PLC pour savoir si d'autres candidats avaient manifesté de l'intérêt. À Ottawa, on précise qu'en vertu du processus d'investiture ouverte, on ne peut confirmer combien de personnes sont sur les rangs.

À l'échelle du Québec, les libéraux de Justin Trudeau ont 46 candidats confirmés. Huit assemblées d'investiture sont prévues en février.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer