Autoquads biplaces: les utilisateurs protestent

Le 1er juin, les autoquads biplaces (dont la largeur dépasse 60 pouces)... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Sherbrooke) Le 1er juin, les autoquads biplaces (dont la largeur dépasse 60 pouces) n'auront plus la permission de circuler dans les sentiers pour véhicules hors route. Une mesure, incluse dans la loi 16, à laquelle les utilisateurs s'opposent farouchement.

« Les gens ont investi beaucoup d'argent dans ces véhicules, que le gouvernement acceptait jusqu'à maintenant. Mais là, après cinq ans, on ne peut plus les utiliser. Les gens qui ont investi 25 000 à 30 000 $, je ne pense pas que ça leur fait plaisir », lançait dimanche René Veilleux, instigateur avec le Club Quad Arc-en-ciel d'une randonnée de protestation entre Sherbrooke et Magog.

Les militants espèrent au minimum qu'une clause grand-père sera instaurée et que ceux qui possèdent actuellement de tels véhicules pourront continuer à les utiliser dans les sentiers. Mais ce qu'ils souhaitent réellement, c'est le retrait de cette mesure de la loi 16.

« On est courtois dans les sentiers, on se tasse quand on voit un VTT arriver... Nous, on est prêts à s'adapter, on demande simplement aux autres de faire de même », poursuit M. Veilleux.

Une cinquantaine d'amateurs d'autoquads biplaces s'étaient réunis hier à la Cantine Maggie, sur le chemin Sainte-Catherine, pour débuter la randonnée tous ensemble. Plusieurs venaient de Sherbrooke ou Magog, mais d'autres de Shawinigan, Thetford Mines, Terrebonne ou encore Québec.

Malgré la participation populaire, M. Veilleux affirme que le groupe ne se sent pas écouté. « Il n'y a pas vraiment d'ouverture », déplore-t-il.

Patrick Duval fait partie de ceux qui s'étaient déplacés pour manifester leur mécontentement. Celui-ci a un quad biplace depuis un an. « On veut continuer à faire des rides... si la loi 16 passe comme prévu, on devra tous arrêter, la largeur de nos véhicules dépasse tous 64 pouces. Notre cher ministre [Robert] Poëti n'est pas très gentil! » lance-t-il.

M. Duval ne croit pas que son véhicule est dangereux dans les sentiers. « Les gens le font depuis cinq ans! Si tout le monde se laisse passer avec cordialité... Tout le monde est d'accord pour qu'on ne se rentre pas dedans! »

Les détaillants de VTT seront évidemment également pénalisés par cette mesure. « Le gouvernement est bon pour briser ce qui va bien. Depuis que la loi est sortie, les ventes d'autoquads biplaces ont diminué au moins de 50 %. On n'entend pas parler qu'il y avait de problèmes avant, c'est sûr que certains VTT plus petits pouvaient avoir peur, mais c'est une situation de civisme et de savoir-vivre », explique Rock Glaude, propriétaire de Rock Moto Sport.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer